•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de huit heures par jour rivé à un écran

Internet sans fil

Internet sans fil

Photo : iStock

La Presse canadienne

Le propriétaire canadien moyen de téléphone intelligent estime passer près de huit heures de son temps libre chaque jour devant l'un des multiples écrans qu'il possède, indique un rapport publié récemment.

Dans un sondage en ligne mené auprès de 2058 Canadiens en août dernier par Ipsos pour le compte de Google, les propriétaires de téléphone intelligent ont indiqué que 86 % de leurs « interactions avec les médias » au quotidien se passaient devant un écran, incluant télévision, ordinateur, tablette ou liseuse.

Ainsi, seulement 14 % de cette interaction avec les médias se fait sans écran - que ce soit l'écoute de la radio, la lecture d'un journal imprimé, d'un magazine ou d'un livre.

Les répondants disent avoir passé en moyenne 7,9 heures par jour les yeux rivés à l'un de leurs écrans, excluant le temps passé sur un ordinateur ou appareil mobile pour le travail.

En moyenne, les propriétaires de téléphone intelligent ont dit passer environ une heure et demie chaque jour sur leur téléphone pour usage personnel, 56 % de cette activité se déroulant à l'extérieur de la maison.

Les usagers de tablettes affirmaient faire usage de leur appareil environ une heure et quart par jour, les trois quarts de cette utilisation se déroulant à la maison.

Toujours selon l'enquête, les usagers d'ordinateurs passeraient trois heures et 10 minutes à jouer ou travailler sur leur ordinateur personnel quotidiennement dans leurs temps libres, dont une heure à l'extérieur du domicile.

Questionnés sur l'usage simultané d'appareils - par exemple, en surfant sur un téléphone ou une tablette tout en regardant la télévision -, 87 % ont dit s'y prêter au moins une fois par semaine.

Le sondeur, l'Association de la recherche et de l'intelligence marketing (ARIM), indique que les enquêtes en ligne comme celle menée pour le compte de Google ne peuvent se voir attribuer une marge d'erreur, car elles ne comportent pas d'échantillons représentatifs de la population au même titre que les coups de sonde par téléphone.

Société