•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opération antiprostitution : un changement d'approche à Ottawa

Le journaliste Gilles Taillon a recueilli les réactions à la suite du changement d'approche de la police d'Ottawa envers les prostituées.
Radio-Canada

Les policiers d'Ottawa ont procédé à l'arrestation de 117 clients de la prostitution, tous des hommes, au cours de l'année 2013. Cette façon de faire, qui vise les clients, marque un tournant important par rapport à l'approche qui était adoptée il y a quatre ans.

Le service de police vise maintenant ceux qui sollicitent les services des prostituées plutôt que les travailleuses du sexe elles-mêmes.

« Si c'est la première arrestation, on va l'envoyer à une école pour suivre un cours sur les dangers de la prostitution. Sinon, si c'est une deuxième offense, ou il conduit en état d'ébriété, à ce moment-là, il va être arrêté pour ça aussi », explique le porte-parole du Service de police d'Ottawa, Roger Giasson.

La situation était tout autre en 2009, alors que les policiers avaient procédé à 191 arrestations reliées à la prostitution, dont 135 étaient des femmes.

Au cours des dix opérations antiprostitution tenues en 2013, aucune prostituée n'a été appréhendée, précise l'inspecteur Chris Rhéaume de la police d'Ottawa.

Il espère que le changement d'approche du service de police est apprécié. Il ajoute que les agents font maintenant plus d'effort pour communiquer avec les travailleuses du sexe avec l'aide des travailleurs sociaux.

Changement de ton

Il y a deux ans, l'ancien chef de police d'Ottawa, Vern White, avait lancé une campagne de sensibilisation pour informer les travailleuses du sexe des dangers auxquels elles s'exposaient. Cette campagne a été le tournant de la nouvelle stratégie policière.

Les autorités s'attardent maintenant beaucoup plus aux clients afin d'assurer la sécurité des prostituées. Ce faisant, ils ont découvert que certains des clients arrêtés étaient en possession de drogue ou de matériel de ligotage et avaient des intentions criminelles.

Ces arrestations ont même permis de porter des accusations de meurtre à la suite de la mort de deux prostituées.

Récemment, Jacques Léonard Rouschop, 41 ans, arrêté peu avant Noël, a été accusé d'agression sexuelle grave et d'étranglement envers des prostituées.

Ces accusations sont liées à deux incidents distincts survenus en août et en septembre derniers, auprès de deux victimes différentes.

Avec CBC et les informations de Gilles Taillon.

Société