•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Être comédien « n'est plus le truc » de Gérard Depardieu

Gérard Depardieu
Gérard Depardieu Photo: Lionel Cironneau
Radio-Canada

L'acteur Gérard Depardieu fait la manchette depuis qu'il a déclaré à un média français qu'être comédien n'était plus son truc. Cependant, quand le journaliste lui a demandé s'il ne voulait plus faire ce métier, la réponse n'a pas été claire.

Le comédien accordait une entrevue au Journal du dimanche, car il partage la scène du Théâtre Antoine, à Paris, avec Anouk Aimée pour lire les Love letters, de A.R. Gurney. Il explique que c'est la comédienne qui l'a convaincu de participer à cette lecture.

Quand le journaliste lui demande ce qu'il aime dans le théâtre, Gérard Depardieu souligne qu'il n'est devenu acteur que pour retrouver la faculté de communiquer et que le théâtre en faisait partie. « Dans mes premières pièces mises en scène par Jean-Laurent Cochet, je comprenais à peine ce que je disais. Puis le théâtre m'a fait comprendre qu'il ne fallait pas imiter, mais plutôt chercher la musicalité et l'intelligence de la langue. À partir de là, j'ai adoré être sur les planches. Mais aujourd'hui, cela m'ennuie. Voilà pourquoi je ne joue Love Letters que sept jours. Être comédien, ce n'est plus mon truc », dit-il.

Lorsque le journaliste insiste en lui demandant s'il ne veut plus être acteur, Depardieu répond qu'il n'a plus besoin de gagner sa vie, qu'il est libre de faire ce qu'il veut et qu'il est plus dans la contemplation.

À la défense de Vladimir Poutine

Gérard Depardieu a obtenu la nationalité russe l'an dernier pour éviter de payer l'impôt de 75 % sur les grandes fortunes imposé par le gouvernement français. Il avait d'abord immigré vers la Belgique avant que le président Poutine lui octroie le passeport russe.

Interrogé sur la politique autoritaire de Poutine, Gérard Depardieu a pris la défense de ce dernier en disant qu'il avait été élu et qu'il y avait une opposition en Russie. « Un pas en avant vers la démocratie a été franchi avec la loi d'amnistie votée par la Douma, libérant les condamnés à moins de cinq ans de prison. Et à la veille des J.O. de Sotchi, le président russe a renforcé la surveillance à la frontière du Caucase, et met tout en œuvre pour éviter de nouveaux attentats. Poutine me va très bien. »

Célébrités

Arts