•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un agent du SPVM filmé en train de menacer un sans-abri

Le Festival western de Saint-Tite a plus de 50 ans

Radio-Canada

L'étudiant qui a filmé la vidéo dans laquelle un agent du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) menace un sans-abri de l'attacher à un « poteau », jeudi, estime que l'itinérant en question ne semblait pas agressif, mais plutôt « confus » lorsqu'il a essayé de lui venir en aide après l'intervention policière.

Un texte de Bahador Zabihiyan (Nouvelle fenêtre)

Dans la vidéo, qui circule allègrement sur les réseaux sociaux depuis jeudi soir, on peut voir un policier mettre en garde l'itinérant, vêtu très peu chaudement pour cette période de froid intense, contre un comportement jugé inapproprié envers des passants. Le policier affirme qu'il l'« attache[ra] une heure après le poteau » s'il continue d'agir de la sorte.

C'est Adis Simidzija, un étudiant en sociologie de l'Université de Montréal, qui a filmé la scène avec son téléphone cellulaire. Lorsqu'il a commencé à filmer, entre 14 h 45 et 15 h, il faisait un froid glacial à Montréal. La scène se déroulait à une vingtaine de mètres de la sortie du métro Jean-Talon, sur le trottoir de la rue Jean-Talon, entre la rue Lajeunesse et l'avenue de Chateaubriand. M. Simidzija sortait de la station de métro.

L'étudiant en sociologie se décrit comme une personne engagée au sein du mouvement étudiant. Il a notamment participé aux manifestations du printemps érable, ainsi qu'à des manifestations contre la « brutalité policière », notamment celle de mars 2013, à Montréal.

« J'ai vu un policier parler à un itinérant et j'ai trouvé ça particulier, un peu irréaliste comme scène. On avait un policier dans l'auto, un autre à l'extérieur, chaudement habillé, et puis une personne en t-shirt et en short à l'extérieur. Ils ont parlé pendant 10 minutes », a raconté M. Simidzija, en entrevue téléphonique à Radio-Canada.

L'étudiant a assisté à la scène pendant environ cinq minutes, avant de commencer à filmer, pendant un peu moins d'une minute. Les policiers ont quitté les lieux environ deux minutes après qu'il se soit arrêté de filmer, selon lui.

« Lorsque j'ai remarqué que le policier commençait à faire des menaces à l'itinérant, j'ai pris ma caméra et j'ai commencé à filmer », a-t-il expliqué.

Bahador Zabihiyan a rencontré l'auteur de la vidéo de l'intervention policière controversée.

Les policiers prétendaient que l'itinérant en question était agressif avec les gens lorsqu'il leur demandait de l'argent (...), mais moi, je ne voyais pas vraiment d'agressivité chez la personne. Peut-être que c'est arrivé avant...

Adis Simidzija, auteur de la vidéo controversée

M. Simidzija a demandé au policier qui se trouvait à l'extérieur de la voiture de patrouille de lui donner son numéro de matricule, sans succès. L'agent lui a plutôt indiqué le numéro de sa voiture de patrouille ainsi que son nom de famille.

Une fois les policiers partis, M. Simidzija a tenté d'orienter l'itinérant, qui disait s'appeler Frédéric, vers un centre d'aide aux sans-abri, avec l'aide d'une passante. Il lui a offert un chandail qu'il avait dans son sac et lui a fait promettre de se rendre à la Mission Bon Accueil, en prenant le métro. La passante a remis un peu d'argent à l'itinérant. En tout, M. Simidzija et la passante ont passé une vingtaine de minutes avec l'itinérant. Ce dernier n'était pas agressif pendant ce temps, mais il se trouvait visiblement dans un état de « détresse », selon M. Simidzija.

L'itinérant a finalement été retrouvé dans le métro plus tard en soirée. Cette fois, il a été conduit à l'hôpital.

Karine Bastien s'entretient avec Ian Lafrenière, porte-parole de la police de Montréal.

Des propos « inacceptables »

Ayant vu la vidéo circuler dans les médias, le maire de Montréal, Denis Coderre, a affirmé sur Twitter que les propos du policier étaient « inacceptables ».

Il a toutefois tenu à remettre en contexte l'intervention. « Les policiers ont offert à l'itinérant d'être au chaud dans la voiture, ou d'aller le conduire à un refuge, mais l'homme refusait toute offre de la part des policiers. Ce sont des passants qui l'ont finalement convaincu de les suivre pour aller dans un endroit chaud, et ils ont quitté. Les policiers sont repartis. Ils intervenaient à la suite d'un 4e appel de citoyen parce que l'homme en question était agressif », a expliqué M. Coderre, dans un texte relayé par l'intermédiaire de Twitter, ajoutant que la sécurité au métro avait demandé aux policiers d'expulser l'itinérant parce que jugé trop agressif.

Toujours sur Twitter, le SPVM a également fait savoir qu'il avait pris connaissance de la vidéo, qualifiant les propos du policier d' « inacceptables » et promettant que l'agent en question serait rencontré.

Dans sa version des faits, le SPVM soutient que les policiers ont offert à l'itinérant de discuter au chaud, dans la voiture, ce qu'il aurait refusé.

Société