ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-PM israélien Ariel Sharon est mort

Le reportage de Marie-Ève Bédard
Radio-Canada

L'ancien premier ministre d'Israël est mort après avoir passé huit ans dans le coma. Âgé de 85 ans, Ariel Sharon était dans cet état depuis une attaque cérébrale le 4 janvier 2006. Il était maintenu en vie artificiellement.

L'hôpital Sheba, où Ariel Sharon était soigné, a annoncé sa mort samedi. « Aujourd'hui, son cœur s'est affaibli et il a quitté paisiblement sa famille, qui était toujours à ses côtés pour lui offrir soutien et amour », a indiqué un porte-parole de l'établissement à Tel Hashomer, près de Tel-Aviv. 

L'état de santé d'Ariel Sharon s'était détérioré au cours des derniers jours à la suite de problèmes rénaux.

Premier ministre d'Israël de 2001 à 2005, il est le responsable de la création du mur de séparation, mais aussi du retrait israélien de la bande de Gaza, en 2005.

Héros de guerre pour certains Israéliens, il était honni par les Palestiniens, notamment pour son rôle dans les massacres des camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila, au Liban, en 1982, perpétrés par une milice chrétienne alliée d'Israël alors qu'il était ministre de la Défense.

Ariel Sharon sera inhumé lundi après-midi près de sa résidence, la « Ferme des sycomores », dans le sud d'Israël, non loin de la frontière avec Gaza, où il a souhaité être enterré aux côtés de sa deuxième épouse Lily, selon un responsable israélien.

Sa dépouille mortelle sera exposée dimanche au parlement à Jérusalem. Une cérémonie funèbre aura lieu lundi matin dans le bâtiment de la Knesset.

Plusieurs dignitaires étrangers y seront présents dont le vice-président américain Joe Biden, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et l'ancien premier ministre britannique Tony Blair.

Israël salue l'ancien chef de gouvernement

Réagissant à la mort d'Ariel Sharon, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a exprimé « son profond chagrin », déclarant que sa mémoire vivra « à jamais dans le coeur de la nation ». « L'État d'Israël s'incline devant la disparition de l'ancien premier ministre Ariel Sharon », a-t-il déclaré dans un communiqué.

De son côté, le président israélien Shimon Peres a salué son « cher ami, Arik », disant de lui qu'il « était un soldat courageux et un dirigeant audacieux qui aimait sa nation et que sa nation aimait ». « Il fut l'un des plus grands protecteurs d'Israël et un de ses plus importants architectes », estime-t-il.

Sharon aura échappé à la justice, déplorent les dirigeants palestiniens

De leur côté, les dirigeants palestiniens ont qualifié samedi Ariel Sharon de « criminel » et déploré qu'il n'ait pas été traduit en justice. 

« Sharon était un criminel, responsable de l'assassinat d'Arafat, et nous espérions qu'il comparaisse devant la Cour pénale internationale en tant que criminel de guerre », a affirmé un dirigeant du Fatah, Jibril Raboub, à l'Agence France-Presse.

Le Hamas, qui est au pouvoir à Gaza, s'est pour sa part réjoui de la mort de ce « criminel aux mains couvertes de sang palestinien », a affirmé un porte-parole.

Des manifestations de joie ont été rapportées à Beyrouth, au Liban, notamment dans les camps de Chatila.

Un jeune homme de 19 ans a offert des bonbons aux passants. Son oncle a disparu durant les massacres commis entre le 16 et le 18 septembre 1982 par la milice chrétienne libanaise alors que l'armée israélienne, sous les ordres du ministre de la Défense Ariel Sharon, encerclait les camps de Sabra et Chatila.

Harper offre ses condoléances 

Le premier ministre canadien a offert ses condoléances à la famille d'Ariel Sharon et au peuple israélien, et réaffirmé son attachement à la relation de longue date qui unit le Canada et Israël.

Dans un communiqué, Stephen Harper estime que le dirigeant militaire « a assuré la sécurité d'Israël avec une détermination inébranlable, qui est reconnue par ses amis comme par ses adversaires. » Selon lui, Ariel Sharon est « un des architectes de l'Israël de l'ère moderne et l'un de ses plus ardents défenseurs ».

Par l'entremise de son porte-parole, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué le « courage politique » dont Ariel Sharon a fait preuve en ordonnant le retrait israélien de Gaza en 2005 et a appelé son successeur, Benyamin Nétanyahou, à s'inspirer de son « pragmatisme », évoquant les négociations de paix israélo-palestiniennes auxquelles participe l'actuel premier ministre.

Le président américain, Barack Obama, a rendu hommage à un « dirigeant qui a dédié sa vie à l'État d'Israël ». Dans un bref communiqué, il a réaffirmé l'« engagement inébranlable [des États-Unis] envers la sécurité d'Israël » et l'attachement de Washington à la longue amitié entre les deux pays. 

En France, le président François Hollande a salué « un acteur majeur dans l'histoire de son pays », en rappelant qu'« après une longue carrière militaire et politique, il a fait le choix de se tourner vers le dialogue avec les Palestiniens ». 

L'ancien président américain Bill Clinton et son épouse Hillary, ancienne secrétaire d'État, ont rendu hommage dans un communiqué commun à Ariel Sharon, qui a, selon eux, « donné sa vie à Israël ». « À la fin de sa longue carrière, il a créé un nouveau parti politique dédié à une paix juste et une sécurité durable », a déclaré Bill Clinton au nom de son couple.

Bill Clinton a été président des États-Unis de 1993 à 2001, une période durant laquelle Ariel Sharon a occupé plusieurs postes ministériels.

Ariel Sharon, entre guerre et paix

En bref

  • 1928 : Naissance
  • 1947 : Rejoint la Haganah (milice de défense de la communauté juive de Palestine, qui sera le noyau de l'armée israélienne)
  • Années 1950 : Crée et dirige l'Unité 101, une formation de commandos qui mènent des raids dans les États voisins d'Israël
  • 1953 : Massacre de Kybia par l'Unité 101
  • 1973 : Artisan de la création du Likoud
  • 1973 : Reprend les armes lors de la guerre de Kippour
  • 1975-1977 : Conseiller particulier du premier ministre Itzhak Rabin en matière de sécurité
  • 1977 : Élu au Parlement
  • 1977-1981 : Ministre de l'Agriculture
  • 1981-1983 : Ministre de la Défense
  • Juin 1982 : Opération Paix en Galilée pour repousser l'OLP du Liban
  • Septembre 1982 : Massacre de réfugiés palestiniens à Chabra et Chatila
  • 1983 : Est relevé de ses fonctions de ministre de la Défense
  • Septembre 1999 : Succède à son rival Benyamin Nétanyahou à la tête du Likoud
  • 1984-1990 : Ministre de l'Industrie et du Commerce
  • 1990-1992 : Ministre du Logement et de la Construction
  • 1996-1998 : Ministre des Infrastructures nationales
  • 1998-1999 : Ministre des Affaires étrangères
  • 28 septembre 2000 : Sa visite à l'esplanade des Mosquées déclenche une vague de violences dans les territoires occupés
  • 6 février 2001 : Devient premier ministre
  • 7 mars 2001 : Forme un gouvernement d'union nationale
  • 13 décembre 2001 : Le cabinet Sharon déclare Yasser Arafat politiquement « hors jeu »
  • 16 juin 2002 : Début de la construction du mur israélien
  • 28 janvier 2003 : Remporte les élections législatives anticipées
  • 4 juin 2003 : Sommet Bush-Sharon-Abbas à Aqaba
  • 2 février 2004 : Sharon annonce qu'il veut démanteler les colonies de la bande de Gaza
  • 6 juin 2004 : Le gouvernement adopte un plan de retrait remodelé; l'extrême droite se retire du gouvernement
  • 8 février 2005 : Sommet israélo-palestinien de Charm el-Cheikh en faveur de la fin des violences
  • 22 août 2005 : Évacuation de la dernière colonie de la bande de Gaza
  • 12 septembre 2005 : Retrait militaire israélien de la bande de Gaza
  • 21 novembre 2005 : Sharon annonce qu'il quitte le Likoud pour fonder un autre parti politique
  • 18 décembre 2005 : Ariel Sharon est hospitalisé à la suite d'une attaque cérébrale considérée comme légère; il quitte l'hôpital deux jours plus tard
  • 3 janvier 2006 : Son fils, Omri, démissionne du Parlement après son inculpation dans une affaire de corruption impliquant la famille Sharon
  • 4 janvier 2006 : Victime d'une grave hémorragie cérébrale, Sharon est opéré d'urgence à Jérusalem; il tombe dans un coma profond à l'âge de 77 ans
  • 5 janvier 2006 : Ses pouvoirs sont transférés au vice-premier ministre, Ehoud Olmert
Avec les informations de Associated Press, et Agence France-Presse

International