•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ambulance N.-B. : un autre cas de service en français déficient

Ambulance Nouveau-Brunswick

Ambulance Nouveau-Brunswick

Photo : Rosaire L'Italien/Radio-Canada

Radio-Canada

Un homme de Tracadie-Sheila dénonce le comportement des ambulanciers qui ont transféré sa sœur jusqu'à l'hôpital de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick.

Quelques jours avant Noël, Delcia Haché, 89 ans de Shippagan, est arrivée à l'hôpital de Tracadie-Sheila en arrêt cardiaque. Elle a ensuite été transférée à Saint-Jean en ambulance le 28 décembre.

Les ambulanciers francophones se sont arrêtés à Miramichi pour la confier à des collègues unilingues anglophones.

Elle demandait de l'aide et personne n'est venu l'aider. Tout le monde disait qu'elle était folle.

Gilles Haché, frère de Delcia Haché.

« Ils l'ont torturé parce qu'ils n'ont jamais voulu lui parler en français. Elle ne parle pas anglais, elle ne pouvait pas se défendre. Ils l'ont laissé là, toute seule. Elle a été comme deux heures sans voir personne », explique M. Haché.

Selon son frère, le personnel de l'hôpital de Miramichi l'aurait même laissée pour morte sur le chemin du retour.

« Ils l'ont mis tout près de l'entrée en se disant entre eux, elle va mourir anyway. Tu sais, elle comprend, un petit peu l'anglais. Elle a gelé. Elle me disait qu'il faisait frette comme si elle était dehors. Elle dit que deux heures de plus et elle aurait gelé », ajoute-t-il.

Après avoir crié à l'aide plusieurs fois, Mme Haché a finalement pu retourner à l'hôpital de Tracadie-Sheila, où elle prend du mieux depuis.

Le commissaire aux langues officielles a dénoncé à maintes reprises au cours des dernières années le manque de services en français d'Ambulance Nouveau-Brunswick.

Gilles Haché a lui aussi l'intention de porter plainte. L'homme de 91 ans compte faire appel à l'avocat Michel Doucet, un militant de longue date pour les services aux francophones dans la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Justice et faits divers