•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

20 ans, l'espérance de vie des données

Données informatiques

Photo : iStock Photo

Radio-Canada

Deux décennies. Voilà la durée de vie moyenne des données scientifiques, conclut une étude de l'Université de la Colombie-Britannique.

Le Pr Tim Vines estime à 80 % celles qui disparaissent à ce rythme. Les coupables? De vieilles adresses courriels et des dispositifs de stockage obsolètes.

Avec le système actuel, où le stockage des données est confié aux auteurs, la majorité d'entre elles se perdent avec le temps; un processus de validation des résultats ou une réutilisation de ces données devient presque impossible.

Pr Tim Vines

La solution proposée par le Pr Vines et ses collègues consiste à établir une condition de publication pour tous les auteurs : celle d'archiver publiquement chacune de leur recherche.

Après tout, explique-t-il, de nombreuses études sont financées par des fonds publics. Perdre ces données scientifiques revient à gaspiller de l'argent, sans compter les limitations que rencontrent ensuite les chercheurs.

La plupart de ces données sont uniques parce que produites à un certain moment, à un certain endroit. Par conséquent, elles sont irremplaçables et cela coûte cher de recréer certains ensembles de données.

Pr Tim Vines

L'étude du Pr Vines, publiée dans Current Biology, est basée sur une tentative de retrouver 516 études publiées entre 1991 et 2011. Les chances de récupérer une étude diminuent de 17 % deux ans après la publication, estime-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science