•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une bonne année pour les Franco-Ontariens?

Le drapeau franco-ontarien (archives) Photo: Yvon Thériault
Radio-Canada

L'année 2013 a vu le commissaire aux services en français de l'Ontario devenir un officier indépendant qui relève de l'Assemblée législative, plutôt que du gouvernement.

François Boileau qualifie le changement d'historique.

« Maintenant c'est une place permanente au sein de l'Assemblée législative, dit-il. C'est une institution francophone qui a place et pied au sein de l'Assemblée législative, c'est très gros, c'est très bien ».

La ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur, croit que c'est une bonne chose que le commissaire ne relève plus d'elle.

Si les gouvernements qui vont nous succéder veulent éliminer le poste, ils devront revenir devant l'Assemblée législative.

Madeleine Meilleur, ministre déléguée aux Affaires francophones

Par ailleurs, le gouvernement provincial a désigné l'hôpital francophone Monfort d'Ottawa comme un centre hospitalier universitaire en juin dernier.

Demande insatisfaite

Les libéraux ont investi 14,5 millions de dollars additionnels sur trois ans afin d'offrir plus de programmes d'études postsecondaires en français dans la région de Toronto.

Mais la ministre Meilleur reconnaît que ce n'est pas la première université française dans le sud de la province qu'espéraient nombre de leaders de la communauté.

De son côté, le regroupement étudiant franco-ontarien doit présenter en 2014 les conclusions des états généraux sur le postsecondaire qu'il a organisés un peu partout dans la province.

Ontario

Francophonie