•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des infrastructures en piètre état dans l'Est ontarien

René Berthiaume, maire de Maniwaki.

René Berthiaume, maire de Maniwaki.

Radio-Canada

Un rapport présenté en début de semaine aux élus de Hawkesbury, dont Radio-Canada a obtenu copie, confirme le piètre état des infrastructures municipales dans tout l'Est ontarien. Le document a cependant tenu compte de l'âge des installations, sans qu'il y ait d'examen physique.

Le réseau d'aqueduc et le système sanitaire seraient particulièrement âgés.

Chaque municipalité doit maintenant examiner l'état de ses infrastructures et soumettre un rapport à la province. Cet exercice pourrait prendre « une année ou deux », selon le maire de Hawkesbury, René Berthiaume.

Sa Municipalité a obtenu la note de « F » pour la condition des structures publiques et des réseaux municipaux.

La situation à Hawkesbury n'est pas différente d'autres municipalités dans l'Est ontarien.

René Berthiaume, maire de Hawkesbury

En tant que président sortant du conseil des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR), M. Berthiaume a pu prendre connaissance de l'ampleur de la situation.

« Il y a un manque à gagner d'environ 700 millions de dollars seulement pour tout l'est de l'Ontario dans le maintien de nos infrastructures. On investit environ 600 millions par année et ça prend 1,4 milliard par année, d'ici les prochains vingt ans », souligne-t-il.

Pour M. Berthiaume, il est clair que les Villes auront besoin du financement de tous les paliers gouvernementaux.

Le manque à gagner ne peut pas être payer par les [contribuables]. [...] Il faudra absolument que nos partenaires provinciaux et fédéraux soient à la table.

René Berthiaume, maire de Hawkesbury

Dans son budget, le gouvernement Wynne a d'ailleurs annoncé qu'un nouveau fonds de 100 millions de dollars est mis à la disposition des petites municipalités rurales et du nord de l'Ontario, depuis le 1er octobre dernier.

Selon René Berthiaume, cette somme est un bon départ, mais elle est insuffisante. « Dans les négociations avec le gouvernement, on va rechercher un financement récurrent et stable des deux niveaux de gouvernement pour permettre aux municipalités de régler ces problèmes-là », ajoute-t-il.

Ottawa-Gatineau

Affaires municipales