•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Régions du Québec : la Côte-Nord, la plus riche; le Bas-Saint-Laurent, la plus pauvre

Régions du Québec: la Côte-Nord la plus riche, le Bas-Saint-Laurent, la plus pauvre

La Côte-Nord et la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine font bonne figure à l'échelle provinciale en enregistrant la plus forte augmentation du revenu disponible des ménages, contrairement au Bas-Saint-Laurent, qui décroche le titre de la région la plus pauvre du Québec au regard du même barème. 

Bas-Saint-Laurent

Dans une mise à jour de ses données sur le sujet, l'Institut de la statistique du Québec établit que le revenu disponible des ménages au Bas-Saint-Laurent est de 23 163 $, soit 113 $ de moins que le revenu disponible en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine qui, habituellement, est la région la plus pauvre du Québec.

C'est la MRC du Témiscouata qui présente le revenu disponible par habitant le plus faible, non seulement de la région, mais aussi de l'ensemble des 104 MRC du Québec, soit 20 359 $. Ce revenu est, en moyenne, deux fois moins élevé que celui des ménages de la MRC de Caniapiscau en Côte-Nord, qui inclut les municipalités de Fermont et de Schefferville, où le revenu disponible est supérieur à celui de l'Alberta.

La MRC de Caniapiscau enregistre le revenu disponible par habitant le plus élevé parmi les 104 MRC du Québec, soit 40 839 $. Il est supérieur à celui de l'Alberta (38 761 $)

Côte-Nord et la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Les régions de la Côte-Nord, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine sont sans contredit celles qui se distinguent le plus au Québec. Elles enregistrent la plus importante progression du revenu disponible des ménages en 2012. Une augmentation de 3,2 %

Cette augmentation considérable s'explique, toujours selon l'Institut de la statistique du Québec, par l'accroissement des activités du secteur minier, qui a propulsé le revenu disponible des ménages.

C'est également la Côte-Nord qui obtient, pour une deuxième année, le revenu disponible par habitant le plus élevé de toutes les régions du Québec, soit  28 582 $. 

Par ailleurs, la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine n'est plus la région administrative qui affiche le revenu disponible des ménages par habitant le plus faible.

En effet, la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine se classe, en 2012, au 15e rang parmi les 17 régions administratives que compte le Québec.

Économiste principale chez Desjardins, Joëlle Noreau estime toutefois que ces données doivent être mises en contexte.

Parfois, explique Mme Noreau, l'échantillon, notamment dans les comparaisons entre MRC, sont trop faibles pour être significatifs.  « Il faut les utiliser davantage celles-là comme un baromètre que comme un thermomètre. Un thermomètre nous donne la température précise. Le baromètre nous dit si ça s'en va vers le beau ou le moins beau », commente l'économiste en chef de Desjardins.

De même, Mme Noreau croit que cela reflète une certaine activité qui va au-delà de la seule année 2012. « On sait, relève-t-elle, qu'il y a des revenus supplémentaires, des investissements importants qui ont été faits qui ont pu bénéficier, mais s'arrêter sur une seule année, ce serait hasardeux. »

Effectivement, avec un revenu disponible de 23 276 $ par habitant, les Gaspésiens gagnent 3000 $ de moins que la moyenne québécoise.

Les Gaspésiens sont aussi les Québécois les plus dépendants des transferts gouvernementaux. Trente-neuf pour cent du revenu des Gaspésiens provient de prestations gouvernementales.

Est du Québec

Économie