•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle loi sur les services en français à l'Île-du-Prince-Édouard

province house ipe
province house ipe Photo: iStock

La Société Saint-Thomas-d'Aquin accueille favorablement la nouvelle Loi sur les services en français, qui entre en vigueur  à l'Île-du-Prince-Édouard. L'organisme qui représente les francophones de l'île a participé activement à l'élaboration de cette loi. La SSTA espère maintenant que les Acadiens vont utiliser les services qui vont leur être offerts en français.

Cela fait déjà quelques années que le président de la Société Saint-Thomas-d'Aquin, Gabriel Arsenault, attend ce moment. La nouvelle Loi sur les services en français est plus réaliste et flexible que l'ancienne. Le gouvernement ne vise pas à rendre bilingue tout l'appareil d'état. Certains services prioritaires seront offerts en français et d'autres s'ajouteront, selon les besoins de la communauté acadienne et selon les moyens du gouvernement. Gabriel Arsenault.

« On peut avoir une offre active mais c'est important de demander le service. Alors, les organismes francophones et tous les Insulaires de langue française devront faire un effort hein, d'utiliser et d'exiger des services en français », souligne Gabriel Arsenault.

Le premier ministre Robert Ghiz a promis une mise à jour de la Loi sur les services en français lors de son premier mandat. L'ancien juge de la Cour suprême Michel Bastarache a plutôt recommandé une refonte complète de la loi. Robert Ghiz dit que le long processus en valait la peine.

« Pour moi, l'important c'était d'avoir une loi qui respectait les différences ici à l'Île-du-Prince-Édouard. C'est une loi qui est unique à notre province. »

Le gouvernement provincial a aussi créé un mécanisme de gestion des plaintes, qui n'existait pas dans l'ancienne loi.

Acadie

Politique