•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bas-Saint-Laurent : une lutte à la pauvreté difficile

Le budget spécial de 4,4 M $ sur cinq ans pour la lutte à la pauvreté dans le Bas-Saint-Laurent n'est pas investi au rythme attendu.

L'État a-t-il le devoir de faire diminuer la pauvreté? / © Michelle Gibson iStock

Selon la Conférence régionale des Élus du Bas-Saint-Laurent (CREBSL) qui gère le Fonds québécois d'Initiatives sociales, certaines MRC n'ont pas l'argent nécessaire pour verser leur quote-part dans les projets.

La CREBSL a choisi de favoriser des projets concertés pour en améliorer l'impact, ce qui complique aussi la tâche des MRC.

Les administrateurs jugent cependant que la situation n'est pas encore alarmante.

Une redistribution des sommes non dépensées est prévue le 30 septembre prochain. On va, au besoin, redonner l'argent aux MRC qui peuvent favoriser l'émergence de projets.

Entretemps, le conseil d'administration a décidé de prendre une partie du budget de lutte à la pauvreté pour consolider le financement des programmes Communauté ouverte et solidaire pour un Monde outillé (Cosmoss) et Travailleurs de rues, qui eux aussi peinent à être capitalisés parce que certaines MRC ont de la difficulté à aligner les 20 % de financement requis par Québec.

« Ce sont des projets de lutte à la pauvreté déjà en partant là! Donc ce qu'on leur dit, ce qu'on dit aux milieux où il y a plus de difficultés à fournir leur 20 %, la part du milieu, on va ouvrir cette enveloppe-là pour permettre de concrétiser les projets aux MRC qui le veulent », explique la directrice adjointe, volet social à la CREBSSL, Anne Gauthier.

Madame Gauthier, précise qu'à mi-parcours du programme qui prendra fin le 31 mars 2015, environ 2 M $ ont été engagés dans 71 projets, notamment pour assurer la sécurité alimentaire des plus démunis.

Cet argent a permis de mettre sur pied des projets de cuisine collective, de jardins communautaires, mais aussi d'aide au devoir, de réinsertion au travail comme la ferme école des Basques ainsi que des accorderies spécialisés dans le troc de biens ou de services.

Est du Québec

Société