•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pont Dubuc : fermeture pour une période indéterminée

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Plusieurs personnes s'affairent sous le pont Dubuc.

Plusieurs personnes s'affairent sous le pont Dubuc.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

EN IMAGES - Le ministère des Transports a besoin d'analyses plus poussées avant de permettre la réouverture du pont Dubuc, fermé pour une période indéterminée depuis lundi soir en raison d'un incendie.

Les ingénieurs ont constaté des dommages importants à l'intérieur de la structure du pont, à l'endroit où les flammes ont chauffé l'acier.

Lors d'une rencontre technique avec la presse, la sous-ministre adjointe et ingénieure en chef du ministère des Transports, Anne-Marie Leclerc, a expliqué que le caisson et la semelle ont subi des déformations importantes. Des parties de structure, appelées raidisseurs, sont dessoudés et d'autres sont tordus.

C'est une situation qui est très exceptionnelle. Donc, on prend des mesures exceptionnelles pour le traiter et on va déployer tout ce que ça prend pour traiter cet événement-là tout en restant très prudent parce qu'on ne veut surtout pas mettre la vie des gens en danger.

Anne-Marie Leclerc, ingénieure en chef du ministère des Transports


Les résultats des analyses sur le module d'élasticité de l'acier et celles visant à savoir si les propriétés du métal ont été modifiées par la surchauffe sont très attendus, puisqu'ils permettront de décider si des essais de chargement seront réalisés jeudi.

Un camion chargé circulera alors sur le pont pour examiner comment il répond et déterminer la charge que peut supporter le caisson endommagé.

Pendant ce temps, des spécialistes travaillent sur le pont, d'autres sont à Québec pour tenter de trouver une solution.

« Ce qu'ils ont comme consigne, c'est qu'ils ont l'autorisation d'aller chercher toute l'expertise qu'ils veulent, à l'endroit qu'ils veulent, à l'endroit où elle se trouve. Ils ont carte blanche là-dessus », précise Anne-Marie Leclerc.

« Ce qu'on leur a demandé, c'est vraiment de mettre tout en œuvre pour être capable de trouver une solution le plus rapidement possible qui va permettre le retour à une situation plus normale pour la région du Saguenay », ajoute l'ingénieure en chef du Ministère.

Le président du Conseil du Trésor et député de Chicoutimi, Stéphane Bédard, fera à nouveau le point sur la situation jeudi matin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !