ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Postes Canada délaisse la livraison à domicile

Un facteur de Poste Canada au travail.

Radio-Canada

Au cours des cinq prochaines années, Postes Canada mettra fin à la distribution à domicile du courrier en milieu urbain partout au pays. Des boîtes communes seront installées dans les différents quartiers, ce qui obligera les gens à se déplacer pour récupérer leur courrier.

Postes Canada augmentera également de façon substantielle le prix des timbres à partir du 31 mars 2014. Les timbres à l'unité coûteront 1 $, alors que ceux achetés en carnet reviendront à 85 ¢ chacun. Un timbre coûte actuellement 63 ¢.

La société d'État veut ainsi améliorer l'état de ses finances, qui sont en chute libre depuis plusieurs années.

En plus de ces deux importantes mesures, Postes Canada indique également qu'elle compte augmenter le nombre de bureaux de poste concessionnaires dans les commerces, alors qu'elle désire « ajuster les bureaux de poste qu'elle exploite elle-même en fonction de leur achalandage ».

La société d'État ne s'en cache pas, elle aura « besoin de moins d'employés pour répondre aux besoins futurs des Canadiens ». Elle dit vouloir éliminer entre 6000 et 8000 postes lors des prochaines années, principalement par attrition. Postes Canada estime que près de 15 000 employés prendront leur retraite ou quitteront l'entreprise au cours des cinq prochaines années.

La ministre fédérale des Transports, Lisa Raitt, appuie cette réforme, qui permettra à Postes Canada de remplir son mandat tout en lui permettant de renouer avec la viabilité financière et protéger les contribuables.

« Je suivrai les progrès que fera Postes Canada dans l'application de son plan pour un service postal efficace et moderne qui protège les contribuables et qui est conçu pour répondre aux besoins des Canadiens d'aujourd'hui et de demain », a-t-elle écrit dans un communiqué.

Pour visualiser les données sur les livraisons de Postes Canada à l'aide de votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Le syndicat prêt à se battre

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) a vigoureusement dénoncé cette décision « insensée », « irréfléchie ».

« La décision de Postes Canada de mettre fin à la livraison du courrier à domicile et d'augmenter considérablement le prix des timbres est insensée et dénote un manque flagrant de prévoyance », affirme le STTP dans un communiqué.

Si cette décision est mise en œuvre, ce sera la fin d'une époque à Postes Canada.

Denis Lemelin, président du STTP
Denis LemelinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président du Syndicat des travailleurs et travailleusesdes postes, Denis Lemelin

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le nouveau plan d'affaires rendra le service postal inaccessible à un grand nombre de personnes, selon le syndicat, qui rappelle sa proposition d'offrir des services financiers dans les bureaux de poste afin de générer de nouveaux revenus.

« Postes Canada doit changer. Mais les compressions ne sont pas une manière de changer », a ajouté lors d'une conférence de presse le président du STTP, Denis Lemelin.

Le syndicat invite aussi la population à réclamer le maintien des services porte-à-porte. Selon Denis Lemelin, un combat est maintenant engagé sur l'avenir de la poste au pays. Et deux visions s'affrontent : « coupures du côté de Postes Canada et expansion [des services] du côté du syndicat ».

Les aînés seront les premiers pénalisés par ces compressions, affirme le Réseau de la Fédération de l'âge d'or du Québec (FADOQ).

« Nos municipalités comptent un nombre croissant d'aînés, dont une certaine proportion ont des contraintes de mobilité. Dans un contexte de maintien à domicile accru, qu'arrivera-t-il aux aînés qui ne seront pas en mesure de se déplacer jusqu'à une boîte postale? Est-ce la fin d'un service postal adéquat pour tous? », s'inquiète Maurice Dupont, président du Réseau FADOQ, qui déplore le manque de vision et de planification de Postes Canada. 

« En plus de l'abandon de la livraison à domicile, il y a le prix des timbres qui explose. [ ...] Cette dernière mesure fait mal aux aînés qui ont de la difficulté à joindre les deux bouts et qui, souvent, n'ont pas accès à Internet pour procéder au paiement de leurs factures et utilisent surtout le service postal », ajoute M. Dupont. La FADOCQ estime que le nouveau système contribuera à isoler davantage les aînés.

Néanmoins, la porte-parole de Postes Canada, Anick Losier, estime que les aînés et les personnes qui ont un handicap ne sont pas et ne seront pas oubliés par la société d'État. « Nous avons un processus pour adresser toute personne qui aurait des problèmes de mobilité. On fait ça depuis 30 ans déjà », affirme la porte-parole de Postes Canada.

De son côté, le porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière de travail, Alexandre Boulerice, s'est désolé de cette annonce. « Encore une fois, on assiste à des compressions de service. On se demande si ce n'est pas la volonté de mettre à mort un service public. »

C'est une action unilatérale, qui va réduire les services tout en augmentant les coûts.

Alexandre Boulerice, député du NPD

Le député de Rosemont – La Petite-Patrie reconnaît qu'il y a des problèmes à Postes Canada, mais estime qu'il existe d'autres solutions.

Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, juge aussi « inacceptable » cette décision. Et que cela soit annoncé tout juste après l'ajournement des travaux de la Chambre des communes démontre à son avis que le gouvernement est « complètement déconnecté de la réalité des Canadiens ».

Le maire de Montréal, Denis Coderre, dénonce aussi le nouveau plan d'affaires de Postes Canada. Dans un message sur Twitter, il affirme que Postes Canada oublie la signification de « service essentiel ».

La rumeur courait déjà

L'idée de mettre fin à la livraison à domicile en milieu urbain circulait depuis un moment déjà. Elle avait entre autres été recommandée à Postes Canada par le Conference Board du Canada, qui estime que d'ici 2020 Postes Canada pourrait perdre près de 1 milliard de dollars par année en raison des courriels, de la facturation électronique et des achats sur Internet.

Selon le Conference Board, la fin de la livraison à domicile en milieu urbain, qui touche le tiers des Canadiens, permettra des économies de 576 millions de dollars par année.

La société d'État avait retenu les services du Conference Board afin de réaliser une évaluation indépendante de l'avenir du service postal et d'examiner les solutions possibles pour le futur.

Postes Canada explique son plan d'action : 

De 2008 à 2012, le nombre de pièces (colis et enveloppes) livrées à chaque adresse au Canada a baissé en moyenne de 23,6 %.

Toutefois, la livraison de colis seulement atteint des records, selon la porte-parole de Postes Canada, Marie-France MacKinnon. Depuis le début décembre, le nombre de colis traités par jour a dépassé quatre fois le million. Le record a été établi le 9 décembre, avec 1,2 million de colis traité. À titre de comparaison, l'entreprise américaine UPS traite quelque 15 millions de colis par jour.

Pour ce qui est du nombre d'adresses desservies par Postes Canada, il a augmenté de 845 000 entre 2007 et 2012.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société