•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ateliers de sensibilisation à la diversité sexuelle dans les entreprises de la région

Coalition d'aide aux lesbiennes, gais et bisexuels de l'Abitibi-Témiscamingue
Coalition d'aide aux lesbiennes, gais et bisexuels de l'Abitibi-Témiscamingue

La Coalition d'aide aux lesbiennes, gais et bisexuels de l'Abitibi-Témiscamingue offre des ateliers de sensibilisation aux entreprises de la région.

La semaine dernière, la Coalition a envoyé des cartes postales à 4500 entreprises de l'Abitibi et du Témiscamingue pour promouvoir son atelier de sensibilisation à la diversité sexuelle dans le milieu de travail. La démarche est applaudie par les employeurs et les employés de différents milieux.

« Je me suis déjà fait offrir de me faire casser les dents. Justement, à cause de mon orientation sexuelle », affirme Mélissa Faucher, tuyauteuse à Val-d'Or depuis cinq ans. Dans son milieu de travail, elle se distingue par son sexe, mais aussi par son orientation sexuelle.

Malgré cet événement isolé, l'intégration dans son milieu de travail s'est bien déroulée. « Je l'ai eu facile faut dire. J'en ai parlé à mes patrons et ils ont vite réglé le truc », poursuit-elle.

Selon la Coalition d'aide aux lesbiennes, gais et bisexuels, environ une personne sur cinq sur le marché du travail est homosexuelle. Les employés mal accueillis en raison de leur orientation sexuelle peuvent subir un stress important et même être moins productifs.


« C'est important de le dire, de l'expliquer aux entreprises et aux organisations pour qu'elles puissent mettre en place des actions pour lutter contre l'homophobie, la transphobie. Mais c'est aussi une question de productivité, de rentabilité, de satisfaction, d'engagement des employés », explique Benjamnin Audet, porte-parole de la Coalition d'aide aux lesbiennes, gais et bisexuels d'Abitibi-Témiscamingue.

Pour Mélissa Faucher, la sensibilisation auprès des entreprises est tout à fait pertinente. « Ce n'est pas facile dans toutes les entreprises, dit-elle. Donc, oui, la Coalition fait un bon choix de le faire aussi, pour aider les personnes hommes et femmes homosexuels à intégrer un milieu de travail et être acceptés. »

Depuis septembre, une soixantaine d'employés de dix entreprises différentes ont suivi l'atelier.

Abitibi–Témiscamingue

Droits et libertés