•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Côte-Nord : vague de soutien pour la dénonciatrice Sylvie Therrien

Sylvie Therrien

«Je ne regrette rien, je ne pouvais pas faire autrement», a déclaré Sylvie Therrien à la suite de son congédiement.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ex-enquêteuse de l'assurance-emploi, Sylvie Therrien, qui a été congédiée pour avoir dénoncé les pratiques de harcèlement envers les chômeurs, était de passage à Forestville vendredi. Elle a répondu à l'invitation d'Action-Chômage Haute-Côte-Nord qui tenait à lui apporter son soutien moral.

Des chômeurs, des maires, des députés et des syndicats ont voulu témoigner, vendredi, leur reconnaissance envers Sylvie Therrien.

Elle a été congédiée l'été dernier par Services Canada après avoir révélé l'existence d'un système de quota en vertu duquel les enquêteurs, comme elle, devaient couper, chacun, 40 000 $ par mois de prestations aux chômeurs. « Il coupe les chômeurs, il les envoie dans la pauvreté puis ils vont piger dans ce fonds-là, entre autres pour des bonis pour leurs hauts gestionnaires et les hauts fonctionnaires du gouvernement. Bien moi, j'appelle ça du vol et du détournement de fonds » affirme Sylvie Therrien.

Sylvie Therrien affirme que la pression mise sur les enquêteurs a induit une culture de mépris envers les chômeurs, particulièrement les travailleurs saisonniers.

« Ça criait au téléphone après le monde. C'était vraiment du harcèlement. Ils parlaient avec les gens qui essayaient d'avoir de l'assurance-emploi ou qui en recevaient comme s'ils étaient des enfants qui se comportaient mal. »

— Une citation de  Sylvie Therrien.

Même le député néo-démocrate de Montmorency-Charlevoix-Haute-Côte-Nord a subi les foudres de l'assurance-emploi avant son élection, il y a 2 ans. « J'ai touché des prestations d'assurance-emploi durant trois hivers, mais il y a un hiver, en particulier, où j'ai eu un 3 mois sans aucun revenu parce qu'il me manquait 7 ou 9 heures pour être admissible à l'assurance-emploi » explique Jonathan Tremblay, le député néodémocrate.

Le rassemblement de vendredi à Forestville, a permis d'amasser près de 1000 $ pour Sylvie Therrien, qui n'a plus aucun revenu explique Micheline Anctil, préfete de la MRC Haute-Côte-Nord. « Écoutez, elle a simplement dénoncé des façons de faire, des directives que les agents reçoivent. Des directives qui viennent à l'encontre des droits des travailleurs et des travailleuses » raconte Micheline Anctil.

« Elle a tout perdu pour venir nous aider. Alors c'est tout à fait normal qu' à notre tour, on se lève puis qu'on dise merci madame Therrien » dit Line Sirois d'Action-Chômage Haute-Côte-Nord.

Cette solidarité émeut particulièrement Sylvie Therrien. « Je suis très émue. Les gens me disent : ''mais c'est normal, Sylvie, qu'on te supporte avec ce que tu as fait'' Ce n'est pas tout le monde qui fait ça. »

Résidente de Vancouver, Sylvie Therrien poursuit sa tournée éclair à Rimouski lundi et à Montréal mardi.

d'après le reportage d'Hervé Gaudreault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

En cours de chargement...