•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lethbridge : inquiétudes autour d'un projet de forage pétrolier dans la ville 

Un puit de pétrole

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un projet d'exploitation pétrolière dans les limites de la ville de Lethbridge crée la controverse. Les élus locaux se plaignent de n'avoir aucun pouvoir dans le processus de décision et, avec l'étalement urbain, les résidences se rapprochent des forages.

Alors que l'ouest de Lethbridge est un quartier en pleine expansion et qu'on prévoit y construire des écoles, des commerces et de nouvelles résidences, des citoyens craignent qu'un projet de forage pétrolier ne vienne leur gâcher la vie.

« Ce va venir nous empoisonner et cela n'a pas à se produire », estime un résident, Reid Seibert.

L'entreprise Goldenkey oil veut forer trois puits en ayant recours à la fracturation hydraulique, un procédé controversé qui consiste à injecter un mélange d'eau et de produits chimiques dans la roche pour libérer le pétrole.

Le pétrole produit serait stocké sur place et transporté par camion une fois par semaine, ce qui constitue une autre source d'inquiétude pour les citoyens.

« Les accidents peuvent arriver et je pense que ce n'est pas sécuritaire, aussi proche de l'école », affirme une autre résidente, Rebecca Foroud.

Le régulateur qui approuvera ou non le projet n'a aucune obligation de tenir une audience publique.

Les élus se sentent impuissants

Le maire, Chris Spearman, aimerait que la ville puisse avoir son mot à dire dans le dossier, mais lui non plus ne sait pas s'il sera entendu par le régulateur.

Même si le conseil municipal a voté une résolution contre les forages urbains dans les limites de sa ville, il n'a pas plus de pouvoir que ses concitoyens, estime-t-il. « Nous allons réclamer une plus grande implication municipale dans ce genre de décision », soutient-il cependant.

Après une opposition similaire à Calgary qui s'était conclue par la suspension d'un projet de forage, le gouvernement provincial avait pourtant promis une révision de ses politiques. Un an et demi plus tard, la révision n'est toujours pas terminée.

Malgré tout, le gouvernement semble ouvert à la discussion, mais pas à une interdiction des forages en ville. « Si on peut avoir des forages au cœur de Los Angeles, on peut supposer qu'on peut en avoir à Calgary », a déclaré le ministre albertain de l'Énergie, Ken Hughes.

L'entreprise Goldenkey Oil affirme, de son côté, qu'elle aurait préféré forer ailleurs, mais elle pense avoir trouvé une réserve de pétrole intéressante, selon son porte-parole, David Hill, qui ajoute que la compagnie est toutefois prête au compromis.

Goldenkey Oil tiendra deux sessions d'information avant de déposer formellement sa demande en janvier au régulateur.

La compagnie a jusqu'en mars pour commencer les forages, sinon l'entreprise devra demander une prolongation de son permis d'exploitation des droits minéraux à la province. Les résidents et le conseil municipal espèrent que d'ici là leur opposition aura convaincu l'entreprise d'abandonner le projet.

D'après un reportage de Tiphanie Roquette qui sera diffusé jeudi au Téléjournal Alberta

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !