•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un service de navette par hélicoptère pour éviter le pont Champlain

Rencontre avec l'auteur-compositeur-interprète Rickson Makwe qui interprète « Toujours plus haut ».

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'entrepreneur Christian Assad a flairé la bonne affaire. Avec la congestion routière à l'heure de pointe sur les ponts, le copropriétaire d'Hélico Pro offre maintenant un service de navette aérienne régulière entre la Rive-Sud et Montréal. Temps de parcours : 8 min depuis Beloeil, 4 min 30 depuis le Quartier Dix30, à Brossard. Coût : 99 $ pour l'aller simple.

L'entrepreneur Christian Assad a flairé la bonne affaire. Avec la congestion routière à l'heure de pointe sur les ponts, le copropriétaire d'Hélico Pro offre maintenant un service de navette aérienne régulière entre la Rive-Sud et Montréal. Temps de parcours : 8 min depuis Beloeil, 4 min 30 depuis le Quartier Dix30, à Brossard. Coût : 99 $ pour l'aller simple.

Un reportage de Thomas Gerbet (Nouvelle fenêtre)

L'hélicoptère atterrit sur un terrain vague, au bord de l'autoroute Bonaventure et de la sortie du pont Victoria. Une voiture de taxi attend les passagers pour terminer le trajet jusqu'au centre-ville. La place Ville-Marie est à 5 ou 10 minutes, selon le trafic. Évidemment, le service n'est pas accessible à tous les portefeuilles, mais la compagnie compte bien séduire des gens d'affaires soucieux de ne pas perdre une heure ou plus dans le trafic matin et soir.

Le service de taxi aérien est offert depuis le 28 novembre. Le premier client à l'utiliser est l'avocat Maurice Charbonneau, qui réside à Brossard. Il se rend à Montréal plusieurs fois par semaine. Comme ses honoraires sont de 200 $ à 300 $ de l'heure, il qualifie cette dépense d'« économie » : « Le temps de perdu dans la circulation correspond à un coût supérieur au service d'Hélico Pro ».

Christian Assad calcule qu'un professionnel qui perd deux heures dans les transports chaque jour perd à la fin de l'année l'équivalent d'un mois de travail.

Un « pont aérien » pour ceux qui ont les moyens

Avec deux hélicoptères qui peuvent transporter douze clients au total, la compagnie pense pouvoir faire quatre aller-retour en une heure et transporter une cinquantaine de passagers. Le copropriétaire Christian Assad parle de « pont aérien » : « À bien des endroits dans le monde, c'est un moyen de transport beaucoup plus normal que ce que les gens ont tendance à croire. Ce n'est pas limité à faire des évacuations sanitaires ou travailler avec l'hydroélectricité dans le Nord ». 

Il y a quelques années, une étude menée par l'Association québécoise du transport aérien a conclu qu'il y aurait 2000 atterrissages d'hélicoptères par année au centre-ville si Montréal disposait d'un nouvel héliport public. Au Québec, plus de 200 particuliers possèdent leur propre hélicoptère. Plusieurs héliports privés existent à Montréal, mais il n'y a pas d'héliport public.

Vers un futur pont Champlain

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !