•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réforme de la pension des fonctionnaires au N.-B. est adoptée

L'édifice de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick.

Radio-Canada

La loi qui réforme le régime de pensions des fonctionnaires du Nouveau-Brunswick a été adoptée à l'Assemblée législative, mercredi en fin de journée.

Les progressistes-conservateurs de David Alward ont imposé le bâillon pour forcer l'adoption de la réforme avant les fêtes.

La coalition des retraités qui s'oppose à la réforme ne s'avoue pas vaincue pour autant. « C'est déplorable. Ce n'est pas acceptable. Ce n'est pas démocratique du tout », lance Clifford Kennedy, porte-parole du groupe.

La coalition des retraités est déçue de voir les députés adopter cette motion déposée la semaine dernière pour mettre fin au débat sur la réforme des pensions.

L'opposition tente de savoir combien coutera la conversion du régime. « Quel montant restera sur le livre de la province après la réforme? », demande le chef libéral, Brian Gallant.

Le ministre des Finances, Blaine Higgs, est évasif, mais il répond que ne rien faire coûterait cinq ou dix fois plus cher. Le gouvernement a injecté des centaines de millions de dollars au fil des ans pour combler les déficits.

L'opposition dit que le manque de transparence empêche de voir si une meilleure solution est possible. « Nous avons demandé l'information. Nous avons demandé les chiffres. Nous avons demandé les avis légaux que le gouvernement a reçus. Et nous n'avons rien reçu. C'est très difficile d'avoir un débat, d'avoir une conversation », déclare Brian Gallant.

La coalition des retraités publie des scénarios qui laissent présager de possibles pertes de dizaines de milliers de dollars pour chaque retraité advenant une désindexation partielle des pensions.

Selon Blaine Higgs, il ne s'agit que d'une tactique pour faire peur aux gens. Convaincu que les retraités exagèrent, le ministre affirme que d'autres adopteront son modèle tellement il est bien conçu.

La coalition des retraités pour sa part promet une bataille juridique. « Nous avons une équipe légale de Toronto qui travaille avec notre équipe technique ici au Nouveau-Brunswick, puis naturellement, l'an prochain, on se voit en cour », promet Clifford Kennedy.

Le ministre des Finances ajoute que sa réforme survivra à une poursuite judiciaire. Elle devrait recevoir la sanction royale d'ici la fin de l'année pour entrer en vigueur le 1er janvier.

Cette réforme s'applique à un des plus importants fonds de pension de la province. D'autres groupes doivent encore négocier l'avenir de leur régime, dont les enseignants.

Politique provinciale

Société