•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'opposition envahit brièvement le siège du gouvernement à Bangkok

Un manifestant agite un drapeau de la Thaïlande devant le siège du gouvernement.

Un manifestant agite un drapeau de la Thaïlande devant le siège du gouvernement.

Photo : AFP / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Radio-Canada

Après deux jours de siège, des milliers de manifestants ont réussi à investir brièvement le siège du gouvernement thaïlandais, mardi à Bangkok, alors que se jouait une autre partie de bras de fer entre le gouvernement et l'opposition, qui réclame la démission de la première ministre Tingluck Shinawatra.

Les manifestants ont même conduit un camion dans l'enceinte, où régnait une atmosphère de carnaval.

La situation contrastait grandement avec celle qui a prévalu dans les derniers jours, lorsque la police a utilisé des gaz lacrymogènes, des canons à eau et des balles en caoutchouc pour repousser les assaillants.

Cette fois, la police a quitté les lieux après en avoir reçu la permission des hautes autorités, qui tentent de calmer le jeu, ne serait-ce que temporairement, à l'approche de l'anniversaire du roi, dans deux jours.

Il s'agit de créer une bonne atmosphère pour que les célébrations de l'anniversaire du roi soient sous des auspices favorables, afin que le roi soit content.

Surapong Tovichakchaikul, vice-premier ministre

Les manifestants ont ultérieurement quitté les lieux d'eux-même - comme ils l'avaient fait quelques jours plus tôt au siège de l'armée de terre - promettant néanmoins de poursuivre la lutte et de faire tomber le gouvernement.

L'opposition conteste depuis plusieurs semaines l'autorité de la première ministre, accusée d'être la marionnette de son frère Thaksin Shinawatra, chassé du pouvoir par un coup d'État en 2006 et exilé à Dubaï.

La chef du gouvernement a temporairement quitté la capitale pour préparer les célébrations du 86e anniversaire du roi Bhumibol, jeudi.

Le chef du Conseil de sécurité nationale, Paradorn Pattanatabut, a quant à lui appelé à une trêve, affirmant que « des discussions pourront avoir lieu après l'anniversaire du roi ».

L'armée, dont la loyauté envers le gouvernement actuel demeure incertaine, pourrait avoir un rôle important dans le règlement de la crise si celle-ci devait se prolonger.

La Thaïlande a connu 18 tentatives de coup d'État - certaines ayant réussi - depuis 1932.

Avec les informations de Agence France-Presse

International