•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des noms de bières qui soulèvent l'indignation

Le reportage de Nicole Germain
Radio-Canada

La mise en marché de produits de la microbrasserie Le Corsaire de Lévis attire son lot de critiques. Plusieurs trouvent de mauvais goût les noms donnés à des bières lancées récemment, la Tite-Pute décrite comme « une blonde facile » et la Vicieuse qui produit une « orgie dans la bouche ».

Les commentaires dénonçant le choix de la microbrasserie affluent depuis quelques jours sur le réseau social Facebook. Des photos où l'on apercevait une poupée Barbie attachée au levier servant à verser la bière en fût ont aussi décriées. Un homme tirait les cheveux de la poupée pour faire couler la bière.

Cette image s'est attirée un lot de critiques sur Facebook.Cette image s'est attirée un lot de critiques sur Facebook.

Anne-Marie Busque n'en croyait pas ses yeux lorsqu'elle est tombée par hasard sur le site de la microbrasserie. « C'est écrit : "C'est comme ça qu'on sert une Petite pute." Je pense qu'ils n'ont pas tout à fait conscience du message que ça envoie », dit-elle.

Les photos controversées ont été retirées du site Internet du brasseur mercredi matin.

Même la Fédération des femmes du Québec a eu vent de cette affaire. La présidente, Alexa Conradi, dénonce cette approche de marketing « douteuse ».

« Faire des choses comme ça contribue à créer des conditions qui sont propices à la violence envers les femmes. On a tendance à banaliser aussi les enjeux concernant le consentement, notamment parce qu'il y a de l'alcool qui est en jeu », affirme Mme Conradi.

Approche « humoristique »

L'une des propriétaires de la microbrasserie Le Corsaire ne s'attendait pas à ce que son approche « humoristique » soulève un tel tollé. Julie Gagnon se défend bien de vouloir rabaisser les femmes et de faire la promotion de la violence.

Il n'est pas impossible que la microbrasserie corrige le tir. « Changer les noms des bières, pourquoi pas? Si les gens s'enfargent là-dessus et que ça les choque vraiment, et qu'ils ne prennent pas ça comme nous au deuxième degré. Mais je pense que dans le milieu des microbrasseries, il y a quand même plusieurs noms qui sont assez trash  », dit Mme Gagnon.

Celle-ci explique que c'est dans le contexte du déménagement des installations de la microbrasserie sur le boulevard de la Rive-Sud, à Lévis, que l'idée de la Tite-pute a été lancée. Il fallait mettre au point une recette de bière moins longue à produire.

« On s'est dit : "On va faire une petite blonde facile." Ça a mal viré de même, une bonne ou mauvaise blague, dépendamment de l'humour des gens », conclut la propriétaire.

En ce qui concerne les photos controversées mettant en scène une Barbie, la microbrasserie Le Corsaire a présenté ses excuses sur son site Internet mercredi en parlant d'un geste « de mauvais goût ».

La microbrasserie Le Corsaire produit plus d'une soixantaine de bières, dont la Hooker et la Perruche.

Québec

Société