•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tous les frênes de Gatineau sont maintenant infestés par l'agrile

Agrile du frêne
Radio-Canada


L'agrile du frêne a gagné du terrain depuis quelques années à Gatineau, si bien que 100 % des arbres de cette essence en sont maintenant infestés sur le territoire. La municipalité donc devra abattre la majorité d'entre eux au cours des prochaines années.

Un rapport du Service de l'environnement, qui a été présenté lundi aux élus, recommande de poursuivre le traitement de certains arbres pendant au moins 10 ans afin d'enrayer le problème.

« Au cours des dernières années, nous avons traité 15 % des frênes sur notre territoire et nous sommes à évaluer l'efficacité du traitement », précise le directeur du service l'Environnement à la Ville de Gatineau, André Turgeon.

Les 85 % qui restent devront toutefois être abattus au cours des prochaines années. De 2014 à 2017, ce sont 1000 frênes qui devront être abattus annuellement par la Municipalité de façon planifiée.

Jean pierre Martel, un horticulteur de Gatineau, croit que la Ville a mal géré l'infestation. « Ils ont raté le bateau carrément. Ils auraient pu au moins cibler certains arbres qu'ils voulaient conserver et agir un petit peu plus tôt », soutient-il.

Il précise que le traitement au TreeAzin, un insecticide biologique, a fait ses preuves lorsqu'il est appliqué dès le début d'une infestation.

L'agrile du frêne est un insecte ravageur venu d'Asie. Ses larves prolifèrent sous l'écorce, pouvant faire mourir les arbres. L'insecte n'a aucun prédateur naturel en Amérique du Nord. Sa présence sur notre continent a été remarquée en 2002 à Détroit, aux États-Unis, et à Windsor, dans le sud de l'Ontario. L'agrile a été détecté pour la première fois à Ottawa en juillet 2008. Un an plus tard, les premiers cas étaient signalés à Gatineau.

Avec les informations de René Hardy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Environnement