ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un hélicoptère des Forces canadiennes déployé aux Philippines

Photo : Sophie Langlois

Radio-Canada
Mis à jour le 

Le déploiement de l'aide canadienne s'accélère après avoir connu dans les premiers jours des débuts « catastrophiques », aux dires même d'une capitaine du centre de commandement des Forces canadiennes.

De notre envoyée spéciale aux Philippines Sophie Langlois (Nouvelle fenêtre)

L'Équipe canadienne d'intervention en cas de catastrophe [DART, pour Disaster Assistance Response Team] des Forces canadiennes en est à sa sixième journée de déploiement et elle commence à peine à trouver son rythme. L'unité des Forces canadiennes a eu du mal à s'orienter sur les routes de ce pays qui ne sont pas balisées par des panneaux d'indication.

Habituées à s'orienter avec les coordonnées GPS, les forces ont dû se débrouiller sans orientation satellitaire, puisque les autorités étaient incapables de leur fournir ces informations. Les troupes ont ainsi eu de la difficulté à trouver les lieux où elles étaient affectées.

Les équipes médicales et d'ingénieurs sont désormais à pied d'œuvre. Elles sont déjà à traiter des problèmes moins urgents. Les médecins traitent des problèmes de santé chroniques et les ingénieurs s'affairent à reconstruire des réseaux électriques, des bâtiments et des infrastructures. 

Les Forces canadiennes déploient la DART pour un minimum d'un mois et pour un maximum de trois mois.

Le typhon Haiyan, qui a frappé les Philippines le 8 novembre, a fait plus de 5200 morts, selon le dernier bilan du gouvernement. De plus, 1611 personnes sont encore portées disparues.

L'armée canadienne prépare les prochaines étapes de l'opération

Neil Reeder, l'ambassadeur désigné du Canada aux Philippines, affirme que les services canadiens travaillent avec les responsables américains et britanniques pour déterminer les prochaines étapes de la mission d'aide à la suite du passage du typhon.

Joint par téléphone dans la région dévastée, M. Reeder s'est dit impressionné par la détermination des Philippins à reprendre le cours normal de leur vie.

Selon le colonel Steve Kelsey, du Commandement des opérations interarmées du Canada, l'équipe de l'armée canadienne tente de répondre aux besoins les plus urgents jusqu'à ce que le gouvernement local se remette sur pied et que les agences internationales puissent offrir de l'aide à plus long terme.

M. Kelsey a ajouté que l'évaluation des régions avoisinantes par le commandant sur place, le lieutenant-colonel Walter Taylor, déterminera si le Canada devra déployer davantage de ressources.

La situation « change continuellement, mais nous avons actuellement atteint un plateau en terme de personnel; nous sommes environ 300, a dit M. Kelsey. Voilà notre capacité, ce que nous pouvons mobiliser. Nous ne connaissons cependant pas l'état de la situation dans les villes et villages aux alentours de Roxas. »

Deux unités de purification de l'eau, qui peuvent produire chacune jusqu'à 50 000 litres d'eau potable par jour, sont déjà fonctionnelles. Une autre unité est en route.

Les ingénieurs militaires canadiens ont dégagé 109 kilomètres de routes, ce qui facilite le passage de l'aide humanitaire, a indiqué M. Kelsey.

La Presse Canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International