•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cercle de feu : un mégaprojet tombe à l’eau

Pancarte annonçant le Cercle de feu à Geraldton

Pancarte annonçant le Cercle de feu à Geraldton

Photo : Radio-Canada/Thomas Gerbet

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La minière Cliffs Natural Resources « suspend indéfiniment » son projet de mine de chromite dans le Grand Nord de l'Ontario, qui prévoyait aussi la construction d'une fonderie à Sudbury.

La compagnie américaine va « réduire » le nombre d'employés qui travaillent sur le mégaprojet, en plus de fermer ses bureaux à Toronto et à Thunder Bay ainsi que son camp d'exploration dans le secteur du Cercle de feu.

Plusieurs centaines d'emplois devaient être créés.

Cliffs fait valoir la faiblesse du prix des métaux, mais aussi « l'échéancier incertain et les risques liés au développement des infrastructures nécessaires pour permettre au projet d'aller de l'avant », une flèche décochée notamment à l'endroit du gouvernement ontarien. La minière souhaitait entre autres construire une route de 350 kilomètres.

Nous continuons à croire au potentiel des gisements de la région du Cercle de feu dans le nord de l'Ontario. Toutefois, après avoir analysé les défis actuels dans la région et les coûts associés au plan sur la table, nous avons décidé de suspendre le projet de chromite indéfiniment.

Bill Bloor, directeur général adjoint, Cliffs

La minière américaine avait déjà suspendu son étude d'évaluation environnementale en juin dernier.

Cliffs indique, toutefois, qu'elle « continuera à travailler avec le gouvernement de l'Ontario, les Premières Nations et les autres parties intéressées pour tenter de trouver des solutions potentielles à la question essentielle des infrastructures ».

plan du scénario de la minièreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le plan du scénario de la minière américaine Cliffs Natural Resources à Sudbury

Photo : Cliffs Natural Resources

Réactions

Le ministre du Développement du Nord et des Mines, Michael Gravelle, est « déçu » de la tournure des événements.

Mais il affirme que le Cercle du feu, dont il chiffre le potentiel à 60 milliards de dollars, « est plus qu'une seule compagnie ». Son gouvernement, dit-il, est toujours prêt à investir dans les infrastructures de la région.

Pour sa part, la mairesse de Sudbury, Marianne Matichuk, se dit déçue, mais elle ne baisse pas les bras.

Le porte-parole néo-démocrate en matière de développement du Nord, Michael Mantha, affirme, lui, que « des années de mauvaise gestion des richesses du Nord de la part des libéraux sont responsables » de la décision de Cliffs. Selon le député, le gouvernement n'a « aucun plan » pour la croissance du secteur minier.

De son côté, le député conservateur Vic Fedeli a accusé les libéraux d'avoir causé l'échec d'un projet de 10 milliards de dollars. « Qu'allez-vous dire aux familles qui reçoivent un avis de licenciement ce matin », a-t-il dit.

Cercle de feu, lueur d'espoir 

À 500 kilomètres au nord de Thunder Bay, au beau milieu des territoires ancestraux des Autochtones de la Première Nation de Nishnawbe-aski, se trouve l'un des gisements miniers les plus riches au monde, selon nombres d'observateurs. 

Dans cette région de plus de 5000 kilomètres carrés, connue sous le nom de Cercle de feu, du cuivre et du nickel ont été découverts, tout comme ce qui semble être le plus important gisement mondial de chromite, un métal utilisé pour produire de l'acier inoxydable. Des dizaines de compagnies minières ont des visées sur ces gisements des basses terres de la Baie James.

Les communautés du nord de l'Ontario espèrent tirer profit de ce boom minier, une planche de salut après la débâcle de l'industrie forestière. Mais contrairement au Québec qui a son Plan nord, le gouvernement ontarien n'a pas dévoilé de plan global pour l'exploitation du Cercle de feu. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !