•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Croix-Rouge canadienne à l'oeuvre aux Philippines

Radio-Canada

(D'après un reportage de Sophie Langlois) La vie reprend tranquillement le dessus à Ormoc. Dans la deuxième grande ville de l'île de Leyte, aux Philippines, le typhon a fait moins de dommages qu'à Tacloban.

(D'après un reportage de Sophie Langlois) La vie reprend tranquillement le dessus à Ormoc. Dans la deuxième grande ville de l'île de Leyte, aux Philippines, le typhon a fait moins de dommages qu'à Tacloban.

Presque tous les toits sont partis au vent, mais beaucoup de commerces ont rouvert. L'eau et la nourriture ne manquent pas, mais les services publics sont tous fermés.

Le typhon a fait plus de 18 000 blessés. Paradoxalement, neuf femmes ont accouché à l'Hôpital du district d'Ormoc pendant que le bâtiment volait en morceaux.

La moitié des 103 hôpitaux, cliniques et dispensaires ont été tellement endommagés qu'ils ne sont plus fonctionnels.

Le reportage de Sophie Langlois

À l'hôpital public d'Ormoc, où tout a été abîmé, « les accouchements se font à la lueur d'une bougie ou d'une lampe de poche, c'est le plus difficile en ce moment, j'ai beaucoup de mal à faire des points de suture », explique une obstétricienne.

C'est devant ce bâtiment que la Croix-Rouge canadienne a décidé d'installer son hôpital de campagne d'une capacité de 70 lits. Les premiers patients devaient y arriver mercredi.

« On parle de services chirurgicaux, de services à la mère et à l'enfant, d'accouchements, de services pédiatriques », explique Sébastien Jouffroy, chef d'équipe de l'hôpital de campagne.

Désormais, les femmes pourront accoucher et se reposer sur un lit. Depuis le typhon, les femmes qui venaient d'accoucher devaient s'asseoir avec les autres patients dans le lobby de l'hôpital en ruines.

L'hôpital de campagne sera en place pendant quatre à six mois. Douze Canadiens et 14 Norvégiens, dont cinq médecins, vont y travailler.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International