•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Le calvaire de parents soupçonnés à tort de maltraitance

    Le reportage de Pasquale Turbide
    Radio-Canada

    Des faits troublants ont été mis au jour sur les méthodes de la clinique sociojuridique de l'hôpital Sainte-Justine, à Montréal, où sont dirigés les parents soupçonnés d'avoir maltraité leurs enfants. Une équipe de l'émission Enquête a répertorié plusieurs cas de parents soupçonnés à tort par des médecins de la clinique.

    La petite Sofia a quatre mois et a sérieusement mal au bras lorsque sa mère la transporte à l'urgence de Sainte-Justine, l'automne dernier.

    Les radiographies révèlent alors une vingtaine de fractures et les médecins signalent le cas à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), une procédure normale dans les circonstances. Les parents, Geneviève Berthiaume et Marcello Manocchio, sont désemparés lorsqu'ils rencontrent le Dr Alain Sirard, expert en maltraitance.

    Donc lui quand il nous disait : "Bien, expliquez-moi le, qu'est-ce qui est arrivé." Et on disait : "Bien, on ne le sait pas, qu'est-ce qui est arrivé".

    Geneviève Berthiaume

    Ce qu'ils savent toutefois, c'est que leur fille souffre d'un problème sérieux depuis sa naissance : ses bras ne se déplient pas. Des tests génétiques sont déjà en cours, mais le Dr Sirard suit plutôt la piste du bébé secoué. Et il fait des affirmations surprenantes qui choquent le père de Sofia.

    Moi, je suis Italien. [Le docteur] a mentionné qu'habituellement, les Italiens giflent tous leurs enfants. Ça, c'est un manque à l'éthique d'un médecin, total.

    Marcello Manocchio

    Le Dr Sirard transmet son diagnostic de maltraitance à la DPJ. Les parents, eux, font leur propre enquête.

    Mon père se met sur Internet à essayer de chercher [et] se rend compte que souvent, la maladie des os de verre est associée à la maltraitance, et c'est mal diagnostiqué.

    Geneviève Berthiaume

    La maladie des os de verre est un syndrome qui rend les os si fragiles qu'ils se brisent constamment. Et c'est effectivement d'une forme de cette maladie dont souffre Sofia; les tests l'ont démontré par la suite.

    L'histoire de Sofia n'est qu'une parmi plusieurs où des médecins de Sainte-Justine ont persisté à soutenir la thèse de la maltraitance, malgré l'absence de facteurs de risque et contre l'avis d'autres experts. Dans plusieurs cas, le médecin n'écoutait même pas les explications des parents. Pour l'avocate Katia Léontieff, c'est inquiétant.

    Quand un système n'est pas capable de se remettre en cause, de se remettre en question, pour moi c'est un système qui est dangereux, qui peut amener des dérapages.

    Katia Léontieff

    De son côté, l'administration de l'hôpital Sainte-Justine défend son approche.

    On est d'abord partenaires de l'enfant. Notre rôle, c'est de protéger l'enfant d'abord et c'est ce que ce que la loi nous demande, puisqu'on nous oblige à signaler.

    Jean-Yves Frappier, directeur du secteur de la pédiatrie sociale à Sainte-Justine

    Le Collège des médecins et l'hôpital Sainte-Justine ont reçu plusieurs plaintes au sujet du Dr Alain Sirard. À cela s'ajoutent deux poursuites contre des médecins associés à la clinique, des causes qui sont actuellement devant les tribunaux.

    D'après un reportage de Pasquale Turbide

    Société