•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Canadiens heureux au travail, selon un sondage

Des travailleurs de bureau à l'oeuvre.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les travailleurs canadiens seraient parmi les plus satisfaits de leur emploi dans le monde, d'après un sondage international mené pour la firme de recrutement Monster.

L'étude a été menée auprès de 8000 personnes au Canada, en France, en Allemagne, en Inde, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Elle révèle que 64 % des Canadiens adorent ou aiment leur travail. Près d'un Canadien sur quatre (24 %) serait même prêt à travailler gratuitement tellement il aime son emploi. Seulement 7 % des Canadiens disent ne pas aimer ou détester leur travail.

Le taux de satisfaction du travail au Canada est le plus élevé des appréciations répertoriées dans cette étude. Selon le sondage, 57 % des travailleurs des Pays-Bas aiment ou adorent leur emploi. Ce pourcentage atteint 55 % en Inde, 53 % aux États-Unis, 46 % en France et 34 % en Allemagne.

Le sondage montre cependant que les salaires ont un lien direct avec l'appréciation du travail. Parmi les plus hauts salariés, 70 % ont indiqué qu'ils adoraient ou aimaient beaucoup leur travail. Ce chiffre glisse à 55 % chez les travailleurs obtenant un salaire moyen et à 44 % chez ceux qui ont les salaires les moins élevés.

À la question « Laquelle des réponses suivantes décrit le mieux à quel point vous aimez votre emploi actuel? », le sondage international a obtenu les réponses suivantes de la part des travailleurs canadiens:

  • 24 % : Je l'adore; je travaillerais gratuitement;
  • 40 % : Je l'aime beaucoup; j'aime mon travail, mais je pense que je pourrais l'aimer encore plus;
  • 29 % : Je l'aime; je l'aime bien assez pour l'instant;
  • 5 % : Je ne l'aime pas; je pense que je pourrais trouver mieux;
  • 2 % : Je le déteste, mais c'est un mal nécessaire.

Le sondage a été mené à l'aide de Globobus, une étude omnibus mensuelle du cabinet d'études GfK, auprès de 8000 répondants dans sept pays, dont le Canada. Sa marge d'erreur n'est pas précisée. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !