•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des états généraux sur le féminisme sans la charte de la laïcité

L'événement a été organisé à l’initiative de la Fédération des femmes du Québec.

L'événement a été organisé à l’initiative de la Fédération des femmes du Québec.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour la première fois en 20 ans, des militantes féministes étaient réunies à Montréal pour des états généraux. Mais les organisatrices ont préféré évacuer le débat sur la charte de la laïcité, suscitant l’ire de certaines participantes.

Le débat de l’heure, le projet de loi proposé par le gouvernement Marois, n'a en effet pas été abordé lors de la rencontre, même lorsque les participantes ont effleuré le thème de la laïcité.

J’étais dans un atelier qui me parlait de féminisme, nationalisme et colonialisme. Il y avait quelques petits éléments pour dénigrer la charte, pour l’associer à la xénophobie. Je pense que c’est une erreur.

Une citation de :Michelle Sirois, présidente de Pour les droits des femmes du Québec

Pour l’initiatrice de la rencontre, évacuer la question de la charte de laïcité était un choix réfléchi.

En constatant la division profonde, on a préféré aller au fond des questions plutôt que de parler d’un projet de loi sur la table. 

Une citation de :Alexa Conradi, présidente de la Fédération des femmes du Québec

Les organisatrices affirment vouloir inciter leurs troupes à s'unir pour combattre l'ensemble des injustices qui touchent encore les femmes.

L'événement initié par la Fédération des femmes du Québec a permis au mouvement d'adopter plus d'une quarantaine de propositions portant notamment sur l’intensification de la lutte contre la pornographie et le sexisme.

Les participantes ont souligné la nécessité de s'engager à lutter avec les femmes autochtones pour faire progresser leur cause.

Elles ont réaffirmé leur volonté de combattre la violence faite aux femmes.

Les militantes ont également insisté sur une législation plus sévère à l'égard des proxénètes et de clients de prostituées. 

D'après un reportage de Pasquale Harrison-Julien

La charte des valeurs, un débat de société

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !