•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestations à travers le pays contre les sables bitumineux et les oléoducs

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Dans un geste symbolique, les manifestants, dont un grand nombre d'Autochtones, ont dansé bloquant la circulation pendant près de 20 minutes sur la route 344.

Dans un geste symbolique, les manifestants, dont un grand nombre d'Autochtones, ont dansé bloquant la circulation pendant près de 20 minutes sur la route 344.

Photo : René Saint-Louis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des manifestations contre l'exploitation des sables bitumineux et les nombreux projets d'oléoducs ont eu lieu samedi dans des dizaines de villes à travers le pays, dans le cadre de la Journée nationale d'action pour défendre le climat.

Une de ces manifestations s'est déroulée dans le Parc national d'Oka, dans les Laurentides, où 300 personnes se sont rassemblées pour dénoncer le projet d'inversion du pipeline 9B d'Enbridge, afin d'acheminer vers les raffineries de l'est du pays le pétrole venant de l'ouest.

Dans un geste symbolique, les manifestants, dont un grand nombre d'Autochtones, ont dansé en bloquant la circulation pendant près de 20 minutes sur la route 344.

Pour les Mohawks, le gouvernement Harper ne respecte pas ses engagements auprès des Premières Nations. Ils affirment ne pas avoir été consultés sur le projet de pipeline, qui passe sur leur territoire.

On a besoin de changer le statu quo.

Ellen Gabriel, activiste autochtone

« Les sables bitumineux sont extraits dans les territoires albertains au détriment des Premières Nations qui y habitent. En plus, on veut faire passer des pipelines [sur des territoires autochtones] pour transporter ça de l'Alberta jusqu'au Québec », s'est pour sa part indignée Mélissa Mollen Dupuis, porte-parole du mouvement Idle No More au Québec.

Elle estime que le gouvernement conservateur de Stephen Harper doit consulter davantage les Autochtones.

« En ce moment, il ne fait aucun doute que les gouvernements Harper et Marois reçoivent de fortes pressions des lobbys pétroliers. Les lobbys pétroliers et le gouvernement entre eux agissent comme de bons amis. Tu me grattes le dos, je te gratte le dos », avance le responsable du collectif des citoyens contre les sables bitumineux des Basses-Laurentides, Nicolas Ouellet.

Les manifestants ont bloqué la circulation pendant près de 20 minutes sur la route 344.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les manifestants ont bloqué la circulation pendant près de 20 minutes sur la route 344.

Le député de Québec solidaire Amir Khadir a dénoncé le « pétrole le plus sale au monde » de l'Alberta.

« C'est tellement polluant que les États-Unis ne l'ont pas accepté, que la Colombie-Britannique a mis des conditions tellement élevées que les compagnies ne seront jamais capables de les rencontrer. Et nous, on s'abaisserait, avec tous les dangers, à laisser passer le pétrole sur notre territoire », a-t-il souligné.

L'organisation Greenpeace, présente à la manifestation d'Oka, a demandé pour sa part qu'Ottawa respecte ses engagements internationaux dans la lutte aux changements climatiques. Et ce respect « est complètement incompatible avec l'expansion des sables bitumineux », a jugé le porte-parole Patrick Bonin.

À Québec, quelque 250 personnes étaient réunies devant l'Assemblée nationale pour protester contre le projet d'oléoduc de TransCanada, qui prévoit transporter du pétrole de l'Ouest canadien jusqu'au Nouveau-Brunswick en passant par le Québec. 

Ailleurs au Québec, des manifestations se sont aussi tenues à Témiscouata-sur-le-Lac et à Rivière-du-Loup

À Toronto, plusieurs dizaines de personnes ont manifesté contre des projets de pipelines étudiés en Ontario.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À Toronto, plusieurs dizaines de personnes ont manifesté contre des projets de pipelines étudiés en Ontario.

Photo : Stéphane Blais

À Toronto, environ 150 personnes se sont donné rendez-vous devant l'hôtel de ville pour s'opposer aux projets d'expansion de l'industrie pétrolière.

Environ 150 personnes ont manifesté sur la colline du Parlement à Ottawa. Les manifestants ont également marché vers le bureau du premier ministre Harper. Sur place, ils ont érigé un mur de sacs de sable, une façon de signifier qu'ils veulent faire obstacle aux projets d'oléoducs dans la région.

La Journée nationale d'action pour défendre le climat a été organisée par de nombreux groupes environnementaux, communautaires, ainsi que des syndicats et des communautés autochtones.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !