•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La chasse à l'orignal gagne en popularité

Chasse à l'orignal

Un groupe de chasseurs heureux d'avoir abattu un orignal

Photo : François Vigneault/Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.


La chasse à l'orignal n'a jamais été aussi populaire au Québec. Cette année, le ministère de l'Environnement, de la Faune et des Parcs a délivré 180 000 permis de chasse, un sommet inégalé au cours des quarante dernières années.

Le nombre de chasseurs à l'orignal a triplé au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie depuis les années 90. Selon les biologistes, cette popularité grandissante de la chasse s'expliquerait par l'augmentation considérable des populations d'orignaux au cours des 20 dernières années.

Après le Saguenay-Lac-Saint-Jean et l'Abitibi, c'est en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent que le plus grand nombre de permis de chasse à l'orignal ont été achetés, soit plus de 41 000. Cela représente près du quart des permis délivrés par Québec.

« Ce sont les deux zones de chasse, au Québec, qui présentent les plus fortes densités d'orignaux, donc ça ne m'étonne pas qu'il y ait autant de chasseurs québécois qui sont attirés pour chasser dans ces régions-là », a déclaré le biologiste, Sébastien Dufort.

Mario Ross, de la boutique Pro-nature à Rimouski, a lui aussi remarqué qu'il y a davantage de chasseurs d'orignal. « Cette année, il y a eu un méchant bond pour la vente de permis de chasse », s'est-il exclamé.

Mais selon lui, il y a aussi plus de chasseurs tout court. « Avant ça, c'était l'homme qui allait à la chasse, mais là c'est devenu plus familial », indique-t-il.

Le ministère de la Faune prévoit déjà que cette saison de chasse à l'orignal sera exceptionnelle. Avec deux fois plus d'orignaux sur nos territoires qu'il y a 20 ans, les chasseurs ont certainement plus de chances d'en rapporter un chez eux.

D'après le reportage de Julie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec