Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault prêt à aller plus loin sur la laïcité

Le chef de la CAQ, François Legault, et la députée caquiste de Montarville, Nathalie Roy, le 14 novembre, à Québec

Le chef de la CAQ, François Legault, et la députée caquiste de Montarville, Nathalie Roy, le 14 novembre, à Québec

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pressé d'en finir avec ce débat qui laisse son parti sur les lignes de côté, M. Legault a dit être disposé, jeudi, à « faire des compromis » pour se rapprocher de la position péquiste et adopter la charte de la laïcité.

M. Legault a déclaré en point de presse qu'il était prêt à examiner la possibilité « d'élargir » la position de la CAQ « dans le domaine de l'éducation », pour autant que le gouvernement péquiste accepte lui aussi d'ouvrir son jeu.

« Si c'était nécessaire de faire un petit pas de plus pour qu'on puisse s'entendre avec le Parti québécois pour adopter une charte de la laïcité et se concentrer sur d'autres priorités comme l'économie, bien, on serait ouverts à regarder ça. Mais on ne regardera pas de compromis tant que le Parti québécois n'en fera pas, tant qu'il n'y aura pas une certaine bonne foi qui soit montrée par [la première ministre] Mme Marois », a dit M. Legault.

Pour l'heure, la CAQ propose de limiter l'interdiction du port des signes religieux aux enseignants et aux directeurs des écoles publiques primaires et secondaires - en plus des employés investis d'un pouvoir coercitif (policiers, juges, gardiens de prison, procureurs de la Couronne).

Le projet de loi 60 du ministre Bernard Drainville va beaucoup plus loin, proscrivant les signes religieux chez l'ensemble des employés de l'État, incluant ceux des Centres de la petite enfance (CPE) et des établissements collégiaux et universitaires.

La charte des valeurs, un débat de société

M. Legault n'a pas voulu révéler jusqu'où il est prêt à aller sur le sentier balisé par le Parti québécois.

« Je ne vous dirai pas ça ce matin. Je veux d'abord avoir un signal de la part du Parti québécois, mais je tends une main à Mme Marois pour régler le dossier. On va voir si elle veut défendre les intérêts supérieurs du Québec ou si elle veut faire de la petite politique. Je souhaite avoir une charte de la laïcité, c'est urgent d'encadrer les accommodements religieux. Je crois que c'est important qu'on dise aux Québécois : voici la position pour éviter les dérapages. Je m'inquiète des dérapages », a dit le leader caquiste.

L'ouverture manifestée par M. Legault survient après la sortie hautement médiatisée plus tôt cette semaine de l'avocat Jean Allaire, fondateur de la défunte Action démocratique et allié de la première heure de la coalition. M. Allaire s'en est pris à la religion musulmane qu'il juge violente et a suggéré à la CAQ, à mots couverts, de resserrer ses propositions en ce qui à trait aux interdits religieux.

M. Allaire n'est pas isolé dans son camp.

En effet, de récents sondages ont démontré que de nombreux partisans de la CAQ préfèrent la ligne dure adoptée par le gouvernement du Parti québécois à la version édulcorée de leur parti.

En ce sens, la volonté de M. Legault de se rapprocher du projet de loi péquiste vise aussi à rassurer les militants en prévision du conseil général du parti, samedi.

Une motion a été adoptée à l'Assemblée nationale jeudi pour que le ministre de la Justice Bertrand Saint-Arnaud réponde aux commentaires de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse rendus publics le 17 octobre 2013 sur le projet de charte des valeurs québécoises ainsi que sur le caractère inconstitutionnel du projet.

De son côté, le ministre Drainville a salué l'ouverture de M. Legault, mais a renvoyé à l'an prochain le débat sur les amendements au projet de loi.

« Il faut que ça se fasse au bon moment. Il faut permettre aux consultations de débuter, elles vont débuter le 14 janvier, par la suite il y aura l'adoption article par article et là, ce sera le temps pour la CAQ de proposer les modifications qu'elle souhaite au projet de loi. J'ai déjà dit que nous serions ouverts aux discussions et nous serons ouverts aux discussions », a-t-il dit.

La Presse Canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !