•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurentides : des citoyens réclament une enquête sur Hydro-Québec

Le village de Saint-Adolphe-d'Howard, dans les Laurentides
Radio-Canada

Des citoyens de Saint-Adolphe-d'Howard, où doit passer une nouvelle ligne d'électricité, exigent une enquête sur Hydro-Québec, qui, selon eux, tente d'éviter une révision du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) pour son projet.

Ils demandent donc au gouvernement de faire la lumière sur le comportement de la société d'État.

La ligne controversée de 120 kilovolts possède les caractéristiques d'une ligne plus imposante de 315 kV. Un projet de 315 kV devrait être révisé par le BAPE.

L'auteur Claude MeunierL'auteur Claude Meunier

L'auteur Claude Meunier fait partie des citoyens qui ne décolèrent pas. « Je suis un peu étonné. C'est de l'hypocrisie de la part de la société d'État », dit-il, reprochant à Hydro-Québec de vouloir éviter à tout prix le processus d'évaluation environnementale.

Il va peut-être falloir décider de ce qu'on veut faire pour l'avenir. Est-ce qu'on va massacrer le Québec à grandeur pour aller plus vite et faire des lignes droites? Ce n'est pas un métro qu'on fait.

Claude Meunier, résident de Saint-Adolphe-d'Howard

L'animateur Guy A. Lepage possède aussi une résidence à Saint-Adolphe-d'Howard. Même s'il ne verra pas la nouvelle ligne de chez lui, il déplore l'attitude d'Hydro-Québec. « Sauvage! [...] Et si les citoyens de Saint-Adolphe ne s'étaient pas mobilisés très rapidement, ça serait peut-être déjà en chantier », dénonce-t-il.

Les résidents réclament une enquête du gouvernement et un moratoire sur le projet. Ils demandent aussi des audiences devant le BAPE.

Une habitante de Saint-Adolphe-d'Howard, Sarah Perreault, s'active contre le projet d'Hydro-Québec depuis plusieurs mois.

La manoeuvre de contournement du BAPE est de plus en plus évidente. Je pense que comme société, on ne peut accepter qu'on établisse des lois et des règlements, et qu'Hydro-Québec les bafoue et les contourne.

Sarah Perreault, résidente de la municipalité

Ce qu'en dit Hydro-Québec

Mathieu Bolullo, d'Hydro-QuébecMathieu Bolullo, d'Hydro-Québec

La société d'État reconnaît que les pylônes de la future ligne seront plus robustes. La direction précise que le tracé n'est pas définitif et ajoute qu'il s'agit là d'une aubaine. 

Cette ligne 120 kV [...] va nous éviter de passer une deuxième ligne. C'est un deux pour un si on veut.

Mathieu Bolullo, chef de projet chez d'Hydro-Québec

Un deuxième cas

Radio-Canada a découvert qu'une deuxième ligne de transmission de 120 kV, au nord de Montréal, aussi imposante qu'une ligne de 315 kV, va aussi échapper au BAPE.

La ligne Pierre-Le Gardeur–Saint-Sulpice, dans la MRC de l'Assomption, devrait être construite en 2014.

Le ministère de l'Environnement devra approuver les nouveaux tracés, mais pas question d'aller devant le BAPE pour une ligne inférieure à 315 kV.

On n'a pas les moyens d'intervenir. Légalement on n'a pas les façons d'intervenir. [...] Nous notre rôle c'est d'appliquer le règlement.

Hervé Chatagnier, à la Direction des évaluations environnementales, au ministère de l'Environnement

D'après un reportage de Christian Latreille

Grand Montréal

Société