•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La DPJ n'est plus la bienvenue à Lac-Simon, en Abitibi

Des manifestants bloquent l'entrée de la communauté de Lac-Simon

Des manifestants bloquent l'entrée de la communauté de Lac-Simon

Photo : Émélie Rivard-Boudreau

Radio-Canada

Des manifestants empêchaient les employés du Centre jeunesse de l'Abitibi-Témiscamingue d'entrer dans la réserve amérindienne de Lac-Simon pour une troisième journée d'affilée, mercredi matin.

Une quinzaine de grands-parents manifestaient ainsi leur insatisfaction face à la qualité des services sociaux fournis à la communauté.

Il a été décidé qu'un plan d'action serait établi par le Centre jeunesse afin de satisfaire la demande des aînés de Lac-Simon, suite à une rencontre, mercredi. Or, le barrage ne sera pas levé tant que le plan n'aura pas été présenté aux membres de la communauté.

Pour améliorer les relations avec leurs interlocuteurs, les manifestants ont aussi constitué un comité de travail de quatre femmes et deux hommes de la communauté pour suivre le dossier.

Des membres de la communauté de Lac-Simon discutent de la situation.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des membres de la communauté de Lac-Simon discutent de la situation

« Le but de la manifestation, ce n'est pas de sortir les services sociaux demain matin de Lac-Simon. Mais c'est de leur faire des arrêts d'agir (sic) de ce qu'ils font vivre à nos membres... Oui, c'est vrai, nous vivons des problématiques de consommation, de violence. Mais la communauté se prend en main », explique Micheline Anichinapéo, représentante des manifestants.

Plusieurs enfants issus de familles de la communauté sont placés au Centre jeunesse de l'Abitibi-Témiscamingue à Val-d'Or. Les grand-parents affirment qu'on s'acharne sur leurs familles et que les services sociaux sont trop sévères.

Les manifestants souhaiteraient privilégier le placement des enfants chez d'autres membres de la famille, notamment chez les grands-parents.

Tentative de médiation

Une rencontre entre les gens de la communauté, les responsables du Centre jeunesse et le regroupement Femmes autochtones du Québec (FAQ) s'est tenue mardi après-midi. Environ 50 personnes y ont assisté.

Le regroupement FAQ a rappelé qu'une étude avait été réalisée sur l'adoption coutumière, une mesure qui pourrait être mise de l'avant pour résoudre la situation actuelle.

« Chaque année, des centaines d'enfants autochtones sont placés dans le système de protection de la jeunesse, ou adoptés par des familles non autochtones, et perdent tout lien avec leur identité et leur culture, expliquait Michèle Audette, l'ex-présidente de Femmes autochtones Québec, dans un communiqué sur le sujet publié en juin 2012. Le système d'adoption coutumière permet une prise en charge par une autre famille tout en douceur, sans que les liens avec la famille biologique soient coupés drastiquement. L'enfant continue à être en contact avec sa communauté et son milieu. »

La nouvelle présidente, Viviane Michel, a affirmé mardi que la responsabilité de créer une nouvelle institution permettant de mettre en oeuvre la loi sur l'adoption coutumière incombe aux Premières Nations. Le processus serait long et complexe.

De leur côté, les représentants du Centre jeunesse sont en faveur de ce type d'adoption, mais ils estiment ne pas pouvoir en faire la gestion. Ils soulignent que des efforts sont déjà déployés pour placer les enfants dans la communauté ou chez des proches.

À la sortie de la rencontre, Mélanie Savard, directrice du Centre jeunesse, a déclaré : « On va quitter la rencontre en prenant du recul et en regardant comment on peut s'ajuster davantage et s'assurer qu'on rejoint les préoccupations de la communauté, dans le respect de leur culture et dans le respect des lois de la protection de notre jeunesse et de notre mandat ici ».

Une nouvelle rencontre était prévue pour mercredi, mais trois employés du Centre jeunesse, en formation, ne s'y sont pas présentés, ce qui a soulevé la colère de la communauté de Lac-Simon, une fois de plus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones