•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tirs groupés contre Coderre

Reportage de Michel Chabot

Comme tout politicien, Denis Coderre ne manque pas d'ennemis ni d'opposants. Mais il est plutôt inusité de voir sa plus forte opposition émaner d'un vestiaire de hockey.

Un texte de Guillaume LefrançoisTwitterCourriel

Les joueurs du Canadien en avaient long à dire sur le tweet du maire désigné de Montréal, envoyé pendant le match de dimanche soir à ses quelque 117 000 abonnés.

« On m'a appris ça ce matin et, honnêtement, je trouve que c'est un commentaire très inapproprié », a répondu Michel Therrien, après l'entraînement de lundi.

Si l'entraîneur-chef a fait preuve d'une certaine sobriété dans ses propos, ses joueurs s'en sont permis un peu plus.

« Il a humilié un de nos joueurs, a mentionné le défenseur Josh Gorges à un groupe de journalistes autour de lui. Nous savons tous que David en arrache et il sera le premier à le dire. Tu ne frappes pas sur quelqu'un déjà au sol. Il a besoin de soutien. Il (Denis Coderre) n'aide personne avec ses commentaires. »

« Je suis très, très fâché, a ajouté l'ancien compagnon de trio de Desharnais, Max Pacioretty. Croit-il qu'il deviendra notre entraîneur demain matin? C'est vraiment gênant. Tu ne peux pas rabaisser un joueur de cette façon. »

En entrevue à Radio-Canada Sports lundi soir, M. Coderre persiste et signe.

« Le sportif en moi, ça ressort, a dit M. Coderre. Vous avez quelqu'un d'entier. Le monde ne sera pas toujours d'accord. Je prends bonne note de ce que nos amis du Canadien ont dit. Mais j'imagine que d'un autre côté, ils semblaient avoir un tel élan de solidarité que ça va être bon pour le match contre le Lightning de Tampa Bay demain (mardi)! Mais inquiétez-vous pas, là, j'ai toujours été fan du Canadien et je vais le rester. »

L'autre commentaire...

Cela dit, malgré l'impact médiatique du message de M. Coderre, ses propos ne changent rien à la situation du Canadien. En revanche, celui, moins publicisé, de Therrien après le match dimanche est plus lourd de conséquences.

Therrien avait sous-entendu que l'effort fourni par Desharnais n'était pas suffisant, et il est passé de la parole aux actes lundi. Le petit centre s'est retrouvé comme 13e attaquant, puisque Ryan White, Gabriel Dumont et George Parros formaient le quatrième trio. Daniel Brière, dont le retour est souhaité pour mardi, pilotait le troisième trio avec Michaël Bournival et Rene Bourque comme ailiers.

« Pour David, comme je le disais hier, il éprouve des difficultés. J'ai pris ma décision, je vais vous en faire part demain », a mentionné Therrien.

On peut en déduire que Desharnais devra apprécier les exploits de Martin St-Louis du haut de la passerelle. En raison de l'incertitude autour de Brière, dont le sort sera décidé mardi matin, et de Travis Moen (virus), Therrien ne pouvait toutefois pas dévoiler ses plans.

L'athlète de Laurier-Station compte une seule passe en 17 rencontres cette saison, malgré une utilisation moyenne de 15 minutes par match. Encore dimanche, il a eu droit à un peu plus de deux minutes en avantage numérique.

Brisson prône la patience

Joint au téléphone par Radio-Canada Sports, l'agent de Desharnais, Pat Brisson, a justement fait son travail d'agent et a rappelé qu'il faut être patient avec son client.

« Il faut l'encourager, travailler avec lui, a mentionné Brisson. Sa saison d'il y a deux ans n'est pas tombée du ciel. Il a toujours beaucoup travaillé et persévéré. C'est un atout pour le Canadien. Mais en ce moment, on s'entend pour dire qu'il connaît des difficultés. »

Avec le désespoir que l'on perçoit dans les récents commentaires de Therrien au sujet de Desharnais, certains se demandent si un changement de décor lui serait bénéfique. Brisson a assuré qu'aucune discussion n'a été amorcée.

Brisson croit par ailleurs que son client a signé une entente « juste » au moment de la conclusion de l'entente de 4 ans et 14 millions de dollars, en mars dernier.

« Quand il a signé sa prolongation de contrat, il était en route vers une saison de 60 points (projetée sur 82 matchs). Il aurait pu aller chercher quatre millions par année. On a signé une entente juste. »

Desharnais comptait 16 points en 27 matchs quand il s'est entendu avec Marc Bergevin, le 15 mars. Sur 82 matchs, on aurait plutôt parlé d'une production de 49 points.

Hockey

Sports