•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Alarie élu maire de Saint-Bruno-de-Guigues par tirage au sort

St-Bruno-de-Guigues
St-Bruno-de-Guigues
Radio-Canada

Donald Alarie a été élu maire de Saint-Bruno-de-Guigues par tirage au sort, lundi matin. Il a défait la mairesse sortante, Joanne Larochelle.

Aux élections municipales du 3 novembre dernier, la ville de Saint-Bruno-de-Guigues, au Témiscamingue, s'est retrouvée dans une situation inhabituelle : il y a eu égalité des votes. Les deux prétendants au poste de maire du village, Donald Alarie et Joanne Larochelle, ont obtenu chacun 239 voix. Les citoyens de Saint-Bruno-de-Guigues se sont exprimés dans une proportion de 54 %. Un recomptage a donc été nécessaire.

Le dépouillement judiciaire effectué le 8 novembre a donné le même résultat : l'égalité demeurait. Le gagnant a donc dû être déterminé par tirage au sort le lundi matin, 11 novembre, sous la supervision du président d'élection de Saint-Bruno-de-Guigues, Serge Côté. C'est le nom de Donald Alarie qui a été pigé.

Quoique satisfait de son élection, le nouveau maire émet certaines réserves sur le processus.

« C'était pas mal énervant le tirage au sort, a-t-il déclaré. J'aurais aimé mieux qu'on fasse une réélection, mais je comprends que c'est ça la loi. Je suis content d'avoir été choisi. En même temps, je suis soulagé que cette épreuve soit terminée. La chance m'a souri, j'ai pu remporter la victoire. »

À cette nouvelle, la mairesse défaite a réagi avec amertume.

C'est décevant, mais coudonc, la loi est comme ça. Donc, on n'a pas le choix d'aller avec la loi. C'est le hasard qui décide. J'avais 50 % des chances, lui aussi.

Joanne Larochelle, candidate à la mairie de Saint-Bruno

Lorsqu'on lui a demandé pourquoi elle n'a pas remporté cette élection, Joanne Larochelle a joué la carte de l'honnêteté: « Je n'ai pas fait ma campagne électorale, j'étais en vacances. J'ai juste envoyé une lettre à mes concitoyens. Je suis convaincue que si j'avais été là pour passer de porte-à-porte, pour faire ma cabale comme j'aurais dû... mais mon mari et moi, on a une entreprise forestière, donc, y faut qu'on parte durant la saison où c'est pas possible de travailler en forêt. C'est sûr que ça n'a pas joué en ma faveur. »

Les réactions de Donald Alarie suivront au cours de la journée.

Abitibi–Témiscamingue

Élections municipales