•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier Gala des Grands Chefs à Val-d'Or

Le Gala des Grands Chefs à Val-d'Or
Le Gala des Grands Chefs à Val-d'Or Photo: Émélie Rivard-Boudreau
Radio-Canada

Sept chefs de l'Abitibi-Témiscamingue se sont mobilisés pour la lutte contre le cancer. Hier, le premier Gala des Grands Chefs se déroulait au Forestel de Val-d'Or et a attiré près de 150 personnes.

Les fonds amassés par le Gala des Grands Chefs sont remis à la Société canadienne du cancer et les chefs qui y participent, le font bénévolement. En plus de servir une bonne cause, ils participent à un événement professionnel et festif. 

Il y en a même qui ont fermé leur établissement pour faire un souper comme ça. Travailler sept, huit, dix cuisiniers ensemble, ça n'arrive pas souvent. C'est une belle occasion de se retrouver ensemble, de festoyer, d'échanger.

 Le chef exécutif au Forestel et directeur de la brigade du Gala, Yves Moreau

Plusieurs des chefs de la bridage ont également été touchés personnellement par le cancer. Sébastien St-Amour, chef propriétaire de "Le chef en vous", de Rouyn-Noranda, est directement éprouvé.

[[citation auteur="Sébastien St-Amour, chef propriétaire de "Le chef en vous" de Rouyn-Noranda"]]Ma femme, elle a le cancer des poumons et les jours sont comptés. Au début, je ne faisais pas partie de la brigade, c'est moi, quand j'ai su qu'ils faisaient ça, que je les ai contactés.

Pour 250 $, les convives ont eu droit aux produits les plus fins de la région, car 85% des produits consommés lors de la soirée provenaient des producteus de l'Abitibi-Témiscamingue.

D'ailleurs, Ghislain Trudel, chef de mission pour le Gala, considère que le souper gastronomique a eu des retombées économiques considérables pour l'agroalimentaire régional.

Moi, je dis que ça frise les 10 000 dollars de produits régionaux. Donc, si toutes les organisations faisaient ça, c'est de l'achat de proximité.

Le chef de mission du Gala, Ghislain Trudel

Si l'activité de financement est réservée aux privilégiés, elle a malgré tout sa raison d'être, selon Josianne Béliveau de la Société canadienne du cancer. « Avec un Gala des Grands Chefs, on va aller chercher des gens d'affaires que peut-être on n'aurait pas au Relais ou pendant le mois de la Jonquille », explique-t-elle.

Déjà, une deuxième édition du Gala des grands chefs est prévue pour 2014. Cette fois, elle aura lieu à Rouyn-Noranda.

Abitibi–Témiscamingue

Cancer