•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation contre les gaz de schiste à Akwesasne

Les manifestants ont bloqué le Pont de la voie maritime pendant une heure
Les manifestants ont bloqué le Pont de la voie maritime pendant une heure

Une vingtaine d'opposants à l'exploration du gaz de schiste ont entraîné la fermeture partielle du pont international de la voie maritime entre Cornwall et l'État de New York, samedi après-midi.

Drapeaux et pancartes à la main, les manifestants souhaitaient informer la population sur les dangers de la fracturation hydraulique. Plusieurs étaient originaires de la réserve Akwesasne.

« C'est un non-sens la façon dont nous prenons le gaz de schiste en ce moment, a dénoncé le chef des Algonquins hors-réserve à Fort Coulonge, Roger Fleury. Il est là, mais on n'a pas maîtrisé la façon d'aller le chercher sans ruiner la Mère-Terre. »

Daniel Blackfeather est venu de Montréal pour participer à la manifestation de samedi.

« Tu vas avoir des enfants un jour, hein? Tu veux qu'ils boivent de l'eau, tu veux qu'ils aillent se baigner, tu veux qu'ils aillent manger du poisson, hein? La fragmentation détruit l'eau, pollue l'eau! Elle est déjà assez polluée comme ça, il faut arrêter. »

Les protestataires avaient aussi comme objectif d'appuyer les autochtones du Nouveau-Brunswick, chez qui de violentes manifestations ont éclaté il y a trois semaines.

On appuie les gens du Nouveau-Brunswick, les Micmacs, à 100 %, 100 miles à l'heure. En plus de ça, la GRC et tout le système policier été vraiment abusif.

Marc Nadon, participant

Le pont a été bloqué pendant une trentaine de minutes. Les policiers n'ont procédé à aucune arrestation.

Les manifestants envisagent maintenant d'autres moyens de pression pour faire valoir leur point de vue.

D'après le reportage de Geneviève Garon

Ottawa-Gatineau

Société