•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trente mois de prison pour fraude pour l'ex-propriétaire du Collège informatique Night Hawk

La procureure de la Couronne, Isabelle Michaud, se réjouit du jugement.

Radio-Canada

L'ancien propriétaire du Collège informatique Night Hawk de Gatineau a été condamné, mercredi, à 30 mois de pénitencier pour fraude. Mark Cohen écope également de 12 mois pour avoir contrefait des documents.

La peine à purger se fera toutefois de façon concurrente, c'est-à-dire que le principal intéressé ne passera pas plus de 30 mois derrière les barreaux.

La défense envisage de faire appel.

La Couronne réclamait de 27 à 48 mois de prison et la défense, deux ans moins un jour à purger dans la communauté, assortie d'une probation de trois ans.

Le tribunal a souligné des facteurs aggravants dans ce dossier.

Le Collège Night Hawk a fermé ses portes en 2007.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Collège Night Hawk a fermé ses portes en 2007.

Selon le jugement, Mark Cohen était clairement l'instigateur de la fraude et il a fait durer cette situation pendant plusieurs mois.

L'ampleur de la fraude, de 850 000 $, a également été prise en considération, de même que le nombre de victimes, soit une centaine d'étudiants de bonne foi et le gouvernement du Québec.

Enfin, M. Cohen a eu l'occasion de rembourser les sommes extorquées, mais il ne l'a jamais fait, même si son revenu dépassait les 6000 $ par mois.

Les deux complices de M. Cohen ont pour leur part écopé de 27 mois de prison, une peine qu'ils ont déjà purgée.

Me Isabelle Michaud, procureur de la Couronne, se dit très satisfaite du jugement.

Le juge a suivi notre recommandation, c'est-à-dire d'imposer une sentence qui allait dissuader les gens de commettre de telles infractions.

Me Isabelle Michaud, procureur de la Couronne

De son côté, l'avocat de la défense, Me Christian Deslauriers, déplore que son client ait reçu une sentence plus sévère que ses co-accusés. « Notre prétention était qu'il n'était pas l'instigateur, que ce n'est pas lui qui avait mis en place le stratagème », soutient-il. Il affirme plutôt que son client a découvert le stratagème et l'a toléré.

Réactions d'étudiants floués

Mélanie Cloutier, une ancienne étudiante du Collège Night Hawk, a été soulagée en apprenant la sentence de Mark Cohen. « Je suis contente, parce qu'il était temps qu'il se passe quelque chose », soutient-elle.

D'autres étudiants comme elle doivent encore gérer les séquelles de cette mésaventure.

On se retrouve avec une dette d'à peu près 31 000 $.

Mélanie Cloutier, ancienne étudiante du Collège Night Hawk

Mme Cloutier demande ce que le gouvernement compte maintenant faire. « J'espère que le gouvernement va prendre ça en considération parce que sinon, je vais tout perdre ce que j'ai » estime-t-elle.

Le ministre de l'Éducation devrait bientôt décider s'il éliminera ou non la dette de ceux qui s'étaient inscrits au Collège Night Hawk.

En juin dernier, le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, avait annoncé qu'il gelait les intérêts sur les dettes de prêts et bourses de ces étudiants pendant la durée de l'enquête.

Parmi les autres mesures temporaires, Revenu Québec avait cessé les retenues à la source sur les versements de TPS et les remboursements d'impôt de ces personnes. Ces dernières pouvaient aussi être de nouveau admissibles aux programmes de prêts et bourses.

Rappel des faits

En 2006, des étudiants ont été attirés au collège Night Hawk par un homme qui effectuait du recrutement. En un an, ils devaient obtenir une attestation d'études collégiales reconnue par le ministère de l'Éducation du Québec. Les frais de scolarité s'élevaient à 16 500 $. Les étudiants avaient obtenu des prêts et bourses du ministère pour payer leurs études.

Au cours de l'année scolaire 2006-2007, les étudiants se sont inquiétés de la piètre qualité de la formation et de la gestion douteuse. Les étudiants ont alors porté plainte au ministère de l'Éducation du Québec. Le 30 juin 2007, le ministère a fermé le collège.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Justice