•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oxford Frozen Foods va prendre de l'expansion au Nouveau-Brunswick

Le premier ministre David Alward annonce le projet d'expansion d'Oxford Frozen Food.

Photo : David Maltais/Radio-Canada

Radio-Canada

L'entreprise néo-écossaise Oxford Frozen Foods prévoit de créer 300 emplois, sur 10 ans, dans la Péninsule acadienne, au Nouveau-Brunswick.

Son projet, annoncé jeudi après-midi à Tracadie-Sheila, comprend un investissement de 184 millions de dollars pour construire des installations de transformation et aménager des champs de bleuets.

L'annonce a été faite en présence du premier ministre David Alward, du ministre Paul Robichaud et du PDG d'Oxford Frozen Foods, John Bragg.

« Les investissements dans le secteur des aliments à valeur ajoutée et dans la main-d'œuvre du Nouveau-Brunswick constituent un volet important de la stratégie du gouvernement visant à rebâtir le Nouveau-Brunswick et à créer des emplois dans les collectivités de la province », a déclaré le premier ministre, David Alward.

Investir Nouveau-Brunswick accorde un prêt de 37,5 millions de dollars à l'entreprise.

L'entente prévoit, également, un échange de plus de 15 000 acres de terres de la Couronne contre une superficie équivalente en terres privées entre l'entreprise et le Nouveau-Brunswick.

Certains producteurs se questionnent sur l'impartialité, de cette annonce

Le gouvernement a annoncé, en début de semaine, que les producteurs du nord-est verront plus de 5600 acres de terres de la Couronne mise à leur disposition dans les deux prochaines années pour la culture du bleuet sauvage.

Si tu sépares 5600 acres à 250 producteurs, ça revient à 22 acres chacun. Quand tu en donnes 15 000 à Oxford, c'est presque un monopole absolu.

Jean-Maurice Landry, Association des producteurs de bleuets sauvages du nord-est du N.-B.

Le ministre Robichaud se veut rassurant, Oxford achète du bleuet dans la région depuis les années 70, et selon lui, l'expertise de cette entreprise est plus que bienvenue dans la région.

« C'est leur argent qu'ils investissent, alors ils ont tout intérêt à ce que ça fonctionne. Moi, je suis convaincu que ça va bien aller. Le marché asiatique est encore inexploré et maintenant avec l'accord de libre-échange Canada-Europe, nos producteurs pourront viser le marché européen », ajoute M. Robichaud.

La construction de l'usine, dans la région de Tilley Road, devrait débuter au printemps prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie

Agro-industrie