•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Biographie de Lyndon Baines Johnson

Le 22 novembre 1963, Lyndon B. Johnson prête serment aux côtés de Jacqueline Kennedy (à droite) et devient le nouveau président des États-Unis après l'assassinat de John F. Kennedy à Dallas.

Le 22 novembre 1963, Lyndon B. Johnson prête serment aux côtés de Jacqueline Kennedy (à droite) et devient le nouveau président des États-Unis après l'assassinat de John F. Kennedy à Dallas.

Photo : AFP/ JOHN F. KENNEDY LIBRARY

Radio-Canada

L'assassinat de John F. Kennedy le 22 novembre 1963 marque un changement de présidence : le vice-président Lyndon Johnson lui succède à la tête des États-Unis et devient ainsi le 36e président américain.

Johnson est né le 27 août 1908, à Stonewall, dans le Texas central, au sein d'une famille pauvre de la campagne. Il fait de brillantes études qui le mèneront à enseigner à l'Université du Texas, où il est notamment sensibilisé à la situation précaire des jeunes étudiants de descendance mexicaine.

En 1937, il est élu à la Chambre des représentants et devient le protégé ainsi qu'un ardent soutien du président démocrate Franklin D. Roosevelt. En 1942, il se porte volontaire pour combattre dans l'armée américaine comme officier de marine, où il gagne une étoile argentée dans le Pacifique Sud.

Il est élu sénateur du Texas en 1948. En 1953, il prend la tête du Parti démocrate au Sénat. Il réussit, en 1957, à imposer à l'administration républicaine la première législation sur les droits civils depuis la guerre de Sécession. Malgré le succès des réformes sociales dont il est l'initiateur, il est coiffé de justesse par le jeune sénateur du Massachusetts, John F. Kennedy, lors de l'investiture de 1959. Kennedy le choisira néanmoins comme colistier en vue du scrutin de 1960.

Lyndon B. Johnson tend la main à Martin Luther King après la signature du projet de loi historique sur les droits civils, le 2 juillet 1964.

Lyndon B. Johnson tend la main à Martin Luther King après la signature du projet de loi historique sur les droits civils, le 2 juillet 1964.

Photo : AFP

Johnson est assermenté le jour même de l'assassinat de Kennedy. Il met rapidement en œuvre les politiques de droits civiques élaborées par son prédécesseur, en plus d'un plan de réduction des impôts.

Poursuivant la politique de Kennedy, il lance la « guerre à la pauvreté » et fait adopter une série de mesures connues sous le nom de « Great society » et destinées à promouvoir le développement économique dans les zones urbaines défavorisées.

En 1964, se réclamant de l'héritage de Kennedy, Johnson gagne les élections présidentielles avec 61 % des voix, soit la marge populaire la plus large de l'histoire américaine avec plus de 15 millions de voix.

Durant son second mandat, le Congrès vote un programme qui, en l'absence d'un véritable système de sécurité sociale, est destiné à garantir une couverture médicale aux personnes âgées. D'importants crédits sont aussi débloqués en faveur de l'enseignement secondaire et supérieur.

Si deux hommes sont d'accord sur tout, c'est qu'un seul des deux pense.

Lyndon B. Johnson

Sous Johnson, le pays fait des explorations spectaculaires dans l'espace grâce à un programme qu'il avait soutenu depuis ses débuts. Mais sur le front étranger, plusieurs analystes estiment qu'il a trahi la vision de Kennedy en s'engageant massivement au Vietnam.

De 17 000 hommes en 1963, le nombre de soldats engagés au Vietnam est passé à 500 000 à son départ de la présidence, en 1968.

Cette politique d'escalade suscite une hostilité croissante de l'opinion publique américaine, et Johnson, sentant qu'il ne pourrait remporter un nouveau mandat, renonce à se présenter une nouvelle fois aux élections de 1968.

Il meurt d'une crise cardiaque à son ranch du Texas, le 22 janvier 1973.

Société