•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suncor prête pour le projet pétrolier Fort Hills

Le siège social de Suncor à Calgary

Photo : AFP / Adrian Wyld

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le projet d'exploitation de sables bitumineux Fort Hills, dans la région de l'Athabasca, au nord de Fort McMurray, ira de l'avant, a annoncé l'entreprise calgarienne Suncor Energy, dans un communiqué publié tard mercredi.

Suncor a indiqué avoir obtenu un vote unanime sur cette décision, conjointement avec ses partenaires et copropriétaires Total E&P Canada Ltd et Teck Resources Ltd.

Les investissements dans le projet Fort Hills sont estimés à 13,5 milliards de dollars, dont 5,5 milliards viendront de Suncor.

Selon les prévisions, la production pétrolière commencera au quatrième trimestre de 2017 et atteindra une capacité de 180 000 barils par jour, soit 90 % de son potentiel, après douze mois d'opération.

« Le projet Fort Hils représente un des meilleurs capitaux du secteur des mines de sables bitumineux non encore exploitées. Il convient bien au portefeuille de production diversifié de Suncor. Fort Hills générera une plus-value significative pour Suncor, l'Alberta et le Canada », affirme le PDG Steve Williams dans un communiqué.

Les ressources de la mine Fort Hills sont estimées à près de 3,3 milliards de barils de bitume à exploiter pendant plus de 50 ans.

Partage des intérêts de la mine Fort Hills

Suncor : 40,8 %
Total E&P Canada : 39,2 %
Teck Resources : 20 %

Suncor, qui gérera l'exploitation de la mine en vertu d'un contrat de service, anticipe plus de 5000 nouveaux emplois durant la phase de construction.

La pétrolière promet par ailleurs de mettre à contribution les technologies et les méthodes les plus récentes pour restaurer le site ainsi que la qualité naturelle de son eau et de son environnement.

Les investisseurs s'attendent à des bénéfices en moins de cinq ans, s'ils arrivent à vendre et à faire transporter leur produit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !