•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Biographie de Lee Harvey Oswald

Lee Harvey Oswald, photographié par la police de Dallas après son arrestation pour le meurtre du président des États-Unis John F. Kennedy, en 1963.

Lee Harvey Oswald, photographié par la police de Dallas après son arrestation pour le meurtre du président des États-Unis John F. Kennedy, en 1963.

Photo : AFP/RR Auction

Radio-Canada

Lee Harvey Oswald naît à La Nouvelle-Orléans le 18 octobre 1939, deux mois après la mort de son père. Cadet d'une famille de trois enfants, le jeune Lee est envoyé vivre chez son oncle Charles avant de passer un an dans un orphelinat tenu par l'Église évangélique luthérienne. Il rejoint sa mère à Dallas par la suite.

Lee se révèle très vite un élève brillant, mais détaché, qui se fait peu d'amis. Dès le début de l'adolescence, alors qu'il a déménagé à New York, son tempérament bouillant se révèle et de violentes disputes l'opposent à sa mère. À cela se mêlent des difficultés scolaires et de nombreuses absences à l'école.

À l'adolescence, Oswald s'intéresse au socialisme. Il lit le journal Le Manifeste et Le Capital de Karl Marx. Ses ennuis à l'école incitent sa mère à le ramener à La Nouvelle-Orléans.

Lee Harvey Oswald posant avec un fusil dans son jardin. Il a été tué après son arrestation le 24 novembre, à la veille de l'enterrement de Kennedy.

Lee Harvey Oswald posant avec un fusil dans son jardin. Il a été tué après son arrestation le 24 novembre, à la veille de l'enterrement de Kennedy.

Photo : AFP/STF

Malgré son intérêt pour le socialisme, Oswald décide à 17 ans d'entrer chez les Marines américains, comme son frère Robert l'avait fait avant lui. Oswald est un soldat réservé, qui prêche des idées de gauche et condamne le système capitaliste. Il réussit à grand-peine à entrer chez les tireurs d'élite, où il sera qualifié de tireur moyen.

En septembre 1957, Oswald est affecté à la base d'Atsugi, au Japon. Là-bas, son intérêt particulier pour l'URSS l'incite à suivre des cours de russe. Il revient aux États-Unis en novembre 1958, un an avant d'être libéré par les Marines.

Le 20 septembre 1959, Oswald prend les 1500 $ qu'il a amassés et quitte son pays pour l'URSS. Il obtient un visa de tourisme de six jours et fait part aux autorités soviétiques de son désir de renoncer à sa citoyenneté américaine pour obtenir la nationalité soviétique. Même si son séjour n'est pas renouvelé, les autorités russes lui apprennent qu'il peut rester au pays, pour des raisons qui demeurent nébuleuses.

On l'installe dans un modeste appartement près de l'usine de Minsk, où il travaille comme ouvrier métallurgique. À mesure qu'il vit dans le système soviétique, sa désillusion grandit, et il en fait part à sa mère dans ses lettres.

C'est au printemps 1961 qu'il rencontre celle qui deviendra sa femme, Marina Prusakova, une pharmacienne de 19 ans. Ils se fréquentent quelques semaines, avant de se marier, à Minsk. Elle tombe enceinte un an plus tard et donne naissance à une petite fille nommée June, en souvenir du mois où elle a été conçue.

L'URSS refuse, entre-temps, la demande de citoyenneté déposée par Oswald. Le 2 juin 1962, la famille revient vers les États-Unis sur un cargo, sans problème. Ils s'installent à La Nouvelle-Orléans, et Oswald se met à s'intéresser à Cuba. Il s'implique dans la propagande procastriste en distribuant des tracts, sur lesquels apparaît le nom Alex J. Hiddel, nom d'emprunt qu'il aurait utilisé pour acheter la carabine ayant servi à tuer Kennedy.

Selon des documents révélés longtemps après la commission Warren, Oswald fraye aussi avec des gens de la pègre, tels que David Ferrie, lié au mafieux Carlos Marcello, le financier louisianais Clay Shaw et Jack Ruby, son présumé assassin.

Lee Harvey Oswald, durant une conférence de presse le 22 novembre 1963 après son arrestation à Dallas.

Lee Harvey Oswald, durant une conférence de presse le 22 novembre 1963 après son arrestation à Dallas.

Photo : AFP/STF

Trois mois avant l'assassinat de Kennedy, Lee Harvey Oswald est arrêté à La Nouvelle-Orléans pour une bousculade avec des anticastristes. Il participe à un débat télévisé sur la question, débat au cours duquel il se définit ouvertement comme marxiste-léniniste.

En septembre 1963, Marina, enceinte d'un second enfant, accepte l'invitation de son amie Ruth Raine et s'installe chez elle, à Irving, en banlieue de Dallas. Oswald, à qui les autorités cubaines venaient de refuser le droit d'entrée, la suit au début du mois d'octobre.

La famille vit dans des conditions financières difficiles. Oswald multiplie les emplois peu payants, et cette situation envenime les relations du couple. Lee est dépeint comme un homme impulsif, idéaliste et solitaire, mais bon père malgré tout.

Le 14 octobre, Oswald est engagé au Texas School Book Depository, à Dallas, pour y classer des livres, sur la recommandation de Ruth Raine, une amie du directeur. Il loue une chambre en ville et retourne en banlieue le week-end pour voir sa femme et ses enfants, Marina ayant donné naissance à une autre fille, Rachel.

Deux jours après son arrestation et son inculpation pour les meurtres du policier J. D. Tippit et du président John F. Kennedy, Oswald est abattu par Jack Ruby lors de son transfert vers un fourgon cellulaire.

Les questions sur son passé subsistent, des hypothèses voulant qu'Oswald ait été un agent de la CIA, ou même du KGB. Des réponses pourraient être apportées à ces assertions lors de la publication des derniers documents sur Oswald, en 2029.

Société