•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

École Taché : du progrès et du surplace

L'École Taché

Radio-Canada

L'agrandissement de l'École Taché à Winnipeg, pleine à craquer, progresse. Ce n'est toutefois pas le cas du rachat de terrains adjacents, qui dure depuis les années 1990. Et pas question non plus de se remettre à accepter de nouveaux élèves.

En réunion mensuelle mercredi soir à Lorette, les commissaires de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) ont décidé de repousser aux calendes grecques les discussions sur la réouverture des inscriptions à l'école de la rue Langevin. Certains commissaires se sont opposés à cette mise en dépôt d'un avis de motion déposé en septembre pour lever la restriction.

Toutefois, aucune discussion sur les motivations de ce report n'a eu lieu. « Je ne peux pas parler de motifs », a soutenu le président de la commission scolaire, Bernard Lesage. « Ça a été proposé de la tabletter, la commission scolaire a décidé de la tabletter et on va en discuter lorsqu'elle va revenir », a-t-il simplement constaté.

4 M$ en dédommagement, mais on craint plus

Par ailleurs, le dossier de l'expropriation de l'entreprise Scott Screen and Wire par la DSFM n'est pas encore totalement clos. La Division scolaire a déboursé quatre millions de dollars pour acquérir les terrains adjacents à l'École Taché, dans le but de mener à bien son projet d'agrandissement.

Les commissaires ont demandé mercredi s'il fallait toujours s'attendre à une réclamation supplémentaire de la part de l'entreprise expropriée en 2010. Selon le secrétaire-trésorier, Serge Bisson, il reste possible que l'entreprise fasse une réclamation pour des pertes d'affaires. M. Bisson a ajouté qu'il ignorait à combien s'élèverait cette demande.

Quant au projet d'agrandissement lui-même, il avance, selon la DSFM. Au mois de mai dernier, la ministre de l'Éducation de l'époque, Nancy Allan, annonçait le début des travaux pour le mois de septembre. Les travaux n'ont pas encore débuté, mais le directeur général de la DSFM, Denis Ferré, assure que les démarches se poursuivent.

« Les plans se développent. On a presque fini tous les plans pour aller en appel d'offres. On est encore en pourparlers avec le ministère. Tout va très bien, c'est toujours une question budgétaire. Ça va bien. On anticipe avoir des annonces avant Noël », a insisté M. Ferré. Selon les plans initiaux, l'agrandissement doit être terminé en décembre 2014.

Des plans pour une 2e garderie à Notre-Dame

D'autre part, un pas de plus a été franchi dans le dossier d'une nouvelle garderie à Notre-Dame-de-Lourdes. Les commissaires ont approuvé mercredi une dépense de 50 000 $ pour en réaliser les plans architecturaux.

M. Ferré a parlé de la construction de la nouvelle garderie comme d'une « chose importante pour la pérennité de la commission scolaire ». « Avec la proposition de ce soir », a-t-il fait valoir, « on peut procéder à établir notre partenariat formellement avec la communauté de Notre-Dame-de-Lourdes et commencer le processus. »

La garderie Arc-en-ciel, qui a vu le jour il y a près de 20 ans dans un quartier résidentiel, est au maximum de sa capacité.

Manitoba

Francophonie