•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cancer colorectal : des biomarqueurs identifiés

Représentation d'un cancer colorectal

Représentation d'un cancer colorectal

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Des anomalies génétiques dans la paroi du côlon ont été décelées chez des personnes atteintes du cancer colorectal. Ces anomalies pourraient être utilisées comme biomarqueurs de la maladie, pensent les chercheurs de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill qui les ont découvertes.

Les médecins pourraient ainsi poser un diagnostic plus précis, et plus rapide.

Contexte

  • À l'heure actuelle, le diagnostic de cancer colorectal est complexe.
  • Il se fonde sur des tests très invasifs et sur des évaluations subjectives qui incluent la coloscopie, qui est actuellement la technique de référence pour dépister ce cancer.
  • C'est une méthode invasive, qui consiste à insérer une sonde flexible dans l'intestin pour observer s'il y a des excroissances ou des tissus anormaux qu'on appelle polypes.
  • La demande pour les coloscopies est en forte hausse.

Selon la Dre Rima Rozen, le fait de connaître des biomarqueurs génétiques améliorera la méthode de diagnostic et pourrait contribuer à éviter les résultats erronés, qui se produisent dans 10 % à 15 % des endoscopies.

La clé du succès est d'utiliser les bons gènes. Je pense que ceux que nous avons identifiés sont de bons candidats.

Dre Rima Rozen

L'équipe de recherche a d'abord découvert cinq gènes anormaux qui pouvaient être de potentiels marqueurs chez un modèle de souris de cancer du côlon. Ils ont ensuite confirmé que ces gènes candidats comme biomarqueurs étaient également anormaux dans les tissus de patients atteints du cancer du côlon.

Non seulement nous avons démontré que notre modèle de souris imite la maladie chez l'humain, mais surtout, nous avons identifié des gènes qui pourraient être utilisés pour un diagnostic précoce du cancer colorectal. [...] D'après notre découverte, on pourrait prélever des échantillons de tissus dans des régions plus accessibles du tube digestif (comme le rectum) ou, idéalement, dans le sang ou les selles, puis y rechercher ces biomarqueurs, qui constituent un indicateur précoce de la maladie.

Dre Rozen

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Cancer Prevention Research.

Le saviez-vous?

  • Le cancer colorectal est également connu sous le nom de cancer de l'intestin ou de cancer du côlon
  • Il désigne une croissance cellulaire anormale dans le côlon (l'intestin) et le rectum.
  • Ces cellules anormales peuvent se développer pour devenir des polypes, c'est-à-dire des tumeurs bénignes (non cancéreuses).
  • Les polypes ne se transforment pas tous en cancer colorectal, mais le cancer colorectal est presque toujours causé par un polype.
  • Le cancer colorectal est le cancer le plus fréquent dans les pays industrialisés.

Le cancer colorectal est la deuxième cause de décès par cancer au Canada, tant chez les hommes que chez les femmes. Cette année seulement, 23 300 personnes recevront un  diagnostic de la maladie, et 9200 en mourront.

Science