•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libraires indépendants et les bibliothécaires, « trahis » par Marie Laberge et Arlette Cousture?

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Marie Laberge sur le plateau de l'émission Tout le monde en parle, en octobre 2013

Marie Laberge sur le plateau de l'émission Tout le monde en parle, en octobre 2013

Photo : Radio-Canada (capture d'écran)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les auteures à succès Marie Laberge et Arlette Cousture provoquent la colère des libraires indépendants et des bibliothécaires en plein débat sur la réglementation du prix de vente des livres.

Les deux auteures, dont les livres caracolent souvent en tête des palmarès, ont choisi de vendre leurs écrits numériques les plus récents directement sur leur plateforme web, c'est-à-dire en se passant d'intermédiaires.

L'Association des libraires du Québec (ALQ) a confié au quotidien Le Devoir y voir une « trahison ». 

Car les libraires ne pourront pas distribuer ces oeuvres numériques via leur plateforme ruedeslibraires.com, pas plus que les bibliothèques publiques, dont les usagers sont habitués à avoir accès aux oeuvres en format numérique

Marie Laberge avait pourtant soutenu l'an passé la campagne pour une réglementation du prix du livre sur le site Nos livres à juste prix. Une initiative lancée, entre autres, par l'ALQ.

Par la suite, venue présenter son roman Mauvaise foi à Tout le monde en parle plus tôt au mois d'octobre, elle a déclaré, à propos de la question du prix unique du livre : « Je suis en train de virer mon capot de bord. » 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !