•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Allô prof : site web amélioré pour l'aide aux devoirs

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Nouveau site web d'Allô prof

Nouveau site web d'Allô prof

Photo : alloprof.qc.ca

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'organisme Allô prof dévoile un nouveau site Internet pour mieux aider les élèves du primaire et du secondaire à faire leurs devoirs. Pour ce service gratuit qui a vu le jour au milieu des années 1990, c'est un tournant important. Une façon de rendre plus accessible une mine d'or d'informations dont bien des jeunes, mais aussi leurs parents et leurs professeurs, ne peuvent plus se passer.

Il y a 18 ans, c'était au téléphone que les enseignants d'Allô prof aidaient gratuitement les jeunes à comprendre leurs devoirs. Aujourd'hui, 99 % des demandes d'information arrivent par Internet. Et le nombre a explosé : Allô Prof a répondu à près de six millions de requêtes à travers le Québec, l'an dernier.

« C'est sûr qu'une division, ça demeure une division, mais quand on montre toutes les techniques de division, les parents n'ont pas vu ça », dit Lucie Andreoli, enseignante de 5e année à l'école Champlain, à Montréal. 

Avec le nouveau site, l'élève se crée un profil avec son prénom et son niveau scolaire. « Avant le jeune essayait de trouver son contenu, maintenant son contenu se place pour lui », résume Sandrine Faust, directrice générale d'Allô prof. « D'année en année, le site va se transformer en fonction de son niveau scolaire. En 5e secondaire, il va avoir un site complètement différent de ce qu'il avait en 2e année. »

Deux fondations ont permis de réaliser la nouvelle plateforme de l'organisme qui est subventionné par le ministère de l'Éducation.

Avec son nouveau site web, Allô prof souhaite que petits et grands puissent trouver plus facilement les informations et explications qui existent déjà. L'organisme fait le pari que l'essayer sera l'adopter jusqu'à la fin du secondaire.

D'après le reportage d'Anne-Louise Despatie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !