•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des usagers du Rapibus haussent le ton à Gatineau

De nombreux usagers ont utilisé le Rapibus en ce jour de lancement

De nombreux usagers ont utilisé le Rapibus en ce jour de lancement

Radio-Canada

Des usagers du transport en commun de l'est de Gatineau, mécontents du Rapibus, ne décolèrent pas. Ils ont l'intention de tenir des moyens de pression afin de réclamer un retour des services d'autobus express.

Le groupe de six usagers, qui dit bénéficier de l'appui de plus de 1000 résidents qui ont signé une pétition au cours de la dernière année, s'est rencontré dimanche pour discuter des actions à venir.

Une manifestation est notamment prévue à la station de la Gappe, mercredi matin, à 6 h 30. Le groupe refuse de préciser s'il ira jusqu'à bloquer des autobus.


« Pour se faire entendre, des fois, il faut faire des choses un peu plus drastiques. On va voir comment ça va aller mercredi », explique Claudine Dupuis, une résidente de Buckingham et porte-parole du groupe de citoyens.

Nos demandes ont toujours été les mêmes, c'est de garder notre temps de transport, le temps de trajet qu'on avait avant. Ça nous prenait de 25 à 30 minutes de partir d'ici pour se rendre au centre-ville d'Ottawa. Maintenant, ça nous prend une demi-heure de plus.

Claudine Dupuis, une résidente du secteur de Buckingham

« On revient le soir, il est très tard. Il est 17 h-18 h, c'est un inconvénient. Ça met beaucoup de stress », ajoute Rachel Chénier, une usagère du Rapibus qui est elle aussi membre du groupe.

Le groupe de citoyens a rencontré des représentants de la STO vendredi afin de leur faire part de leur mécontentement. La société a affirmé que le retour des express était hors de question et a demandé aux usagers d'être patients.

Un appui pour Action Gatineau

Le chef d'Action Gatineau, Maxime Pedneaud-JobinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef d'Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

De son côté, Maxime Pedneaud-Jobin précise qu'il n'endosse pas un éventuel blocage du Rapibus, mais il admet que les citoyens ont le droit de montrer leur mécontentement.

« Nous, ce qu'on fait, c'est qu'on cherche des solutions. Dans un cas comme ça, ça touche le quotidien de milliers de personnes. Il y a des gens qui sont inquiets, il y a des gens qui ne sont pas satisfaits du tout des réponses de la STO », souligne M. Pedneaud-Jobin.

Il se dit satisfait de l'appui du groupe de citoyens.

Lundi, M. Pedneaud-Jobin a réitéré sa volonté d'assurer la présidence de la STO, s'il est élu maire, pendant les six premiers mois de son mandat.

Il s'est aussi de nouveau engagé à rétablir les lignes express, sans toutefois préciser lesquelles et sans donner d'échéancier spécifique.

Quant à Jacques Lemay, il promet de rassembler tous les intervenants touchés par le dossier du Rapibus, afin d'établir un plan stratégique et remettre en service les lignes express.

Il estime que les problèmes rencontrés par les usagers, particulièrement pour ceux habitant dans l'est de Gatineau, devraient être réglés avant le temps des Fêtes. 

Avec les informations de Stéphane Leclerc.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Société