•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tyson Foods abandonne le bovin d’abattage canadien

Deux blondes d'Aquitaine broutent dans un champ.

Deux blondes d'Aquitaine broutent dans un champ.

Photo : AFP / Agence France-Presse

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un des plus grands producteurs de viande et de volailles au monde, l'entreprise Tyson Foods, a déclaré vendredi qu'il n'achètera plus de bovins d'abattage en provenance du Canada.

La société américaine, qui est le troisième acheteur de bovins canadiens, estime que les règles sur l'étiquetage du pays d'origine des paquets de viande aux États-Unis lui imposent des coûts trop importants.

Elle doit « ajouter des codes, modifier sa chaîne de production et séparer les produits », explique un porte-parole, Worth Sparkman.

L'entreprise n'a également pas la capacité d'entreposer une « prolifération de produits qui ont besoin d'étiquettes différentes en raison de cette réglementation, » précise-t-il.

« La décision va certainement faire du mal à l'économie Saskatchewanaise, » souligne un professeur en politique agroalimentaire de l'Université de Guelph en Ontario, Sylvain Charlebois. « On doit anticiper que d'autres compagnies prennent la même décison. »

Il pense que de nouveaux marchés pourraient être trouvés avec l'accord de libre-échange qui pourrait entrer en vigueur dans un proche avenir entre le Canada et l'Union européenne.

Tyson Foods continuera d'acheter des bovins canadiens du moment qu'ils sont destinés à des parcs d'engraissements aux États-Unis, et donc exemptés des règles sur l'étiquetage du pays d'origine. 

Le chiffre d'affaires de l'entreprise était de 33,3 milliards de dollars en 2012.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !