•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'analphabétisme : un clou dans le pied de l'économie québécoise

Meubles Concordia
Meubles Concordia
Radio-Canada

Une récente étude de l'organisation de la coopération et du développement économique (OCDE) démontre que l'alphabétisation ne s'est pas améliorée depuis dix ans au Canada. Et on se rend compte qu'il y a un véritable problème sur le marché du travail, particulièrement dans les entreprises qui nécessitent la connaissance d'outils informatiques.

La moitié des Québécois ont de la difficulté à lire et à écrire. Un Québécois sur cinq connaît des difficultés majeures à comprendre un texte.

La Fondation pour l'alphabétisation du Québec souhaite que le gouvernement donne un coup de barre pour que les mots deviennent plus clairs pour les Québécois. « Si on ne le donne pas, on va se retrouver avec un problème important au chapitre de la compétitivité », prévient Diane Mockle, PDG de l'organisme.

Selon la Banque TD, une diminution de 1 % du taux d'analphabétisme relèverait le PIB canadien de 32 milliards de dollars.

« En les formant, ils sont plus attachés à l'entreprise, ils sont plus productifs et ils ont une meilleure estime d'eux », dit Sébastien Guyon, directeur des ressources humaines chez Meubles Concordia. Cette entreprise a mis sur pied des formations pour ses employés avec une aide financière gouvernementale. Elle est l'une des rares à être passée à l'action.

Le gouvernement du Québec indique qu'il fera davantage au chapitre de l'alphabétisation pour faire du Québec une véritable société du savoir.

D'après le reportage de Mathieu Dion

Économie