•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un site Internet pour rapporter les agressions dans le réseau de TransLink

Skytrain_Translink

Des passagers montent à bord du Skytrain à la station Stadium de Vancouver.

Photo : AR Forest

Radio-Canada

Un site Internet créé par deux étudiants de l'Université Simon Fraser (SFU) en Colombie-Britannique permet aux passagères du réseau de transport en commun de Metro Vancouver de dénoncer les agressions qu'elles subissent.

Depuis le 20 octobre, le site Harassment on TransLink, ou « harcèlement dans le transport en commun », recueille les témoignages anonymes d'agressions sexuelles subies dans l'autobus, le Skytrain ou le Seabus.

Je savais que c'était un problème, je savais que c'était une réalité pour les femmes, mais les histoires que nous avons reçues me jettent à terre.

Katie Nordgren, co-fondatrice du site Harassment on TransLink

Plusieurs des histoires relatées sur le site Internet révèlent à quel point les victimes se sentent isolées au cours de l'incident alors même qu'elles se trouvent dans un endroit très public. 

Les histoires les plus troublantes, selon la cofondatrice du site Katie Nordgren, viennent de femmes qui ignorent que ce qu'elles ont vécu est une agression.

« L'une d'entre elles a raconté qu'elle se trouvait coincée sur le siège près de la fenêtre d'un autobus au cours d'un déplacement de 45 minutes entre Surrey et Richmond pendant lequel un homme a ôté sa chaussure et a frotté son pied le long de sa jambe », a-t-elle ajouté. « Celle-ci s'est alors demandé s'il s'agissait vraiment d'une agression. »

Mercredi, une femme a été agressée dans un ascenseur de la station du SkyTrain de la 22e rue, à New Westminster. Le suspect a pu être retrouvé grâce à un enregistrement vidéo parce que la femme a signalé son agression, se réjouit l'agent Graham Walker, de la police du réseau de transport. Cependant, la plupart des incidents du genre ne sont pas signalés.

Katie Nordgren croit pour sa part que les policiers devraient être formés pour reconnaître ces agressions.

Colombie-Britannique et Yukon

Société